Suspendu pour avoir diffusé le jour du vote des chansons de Matoub Lounès (Bouira): Journalistes et assimilés de la radio soutiennent leur directeur | El Watan
toggle menu
lundi, 29 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Suspendu pour avoir diffusé le jour du vote des chansons de Matoub Lounès (Bouira): Journalistes et assimilés de la radio soutiennent leur directeur

22 décembre 2019 à 10 h 15 min

Suspendu de son poste par la direction de la Radio nationale, depuis le 12 décembre, jour du vote, Khaled Akchout, directeur de la radio locale de Bouira, continue de susciter soutien et sympathie.

Le concerné a été mis en congé d’office par le directeur général de la Radio algérienne, Djamel Senhadri, pour avoir, selon des sources à la radio, «arrêté» temporairement la couverture médiatique de l’élection présidentielle passée, en diffusant en lieu et place un programme de variétés musicales, composé essentiellement de chants du Rebelle Lounès Matoub, dont des chansons demeurent interdites d’antenne à ce jour dans les médias publics.

Il est reproché aussi au fonctionnaire de la radio la suspension de toutes les missions des envoyés spéciaux de la radio à travers les centres de vote de la wilaya, où l’opération électorale se déroulait tranquillement.

Sauf que ces décisions n’ont pas été prises uniquement par le directeur incriminé. Selon nos sources, il s’agit d’une décision prise en concertation avec le premier responsable de la Radio nationale. Après que des manifestants excédés avaient tenté de forcer le portail de la radio.

Ce jour-là, le chef-lieu de wilaya était plongé dans un climat de violence. Le programme initial mis en place par la direction locale de la radio n’a repris qu’après que des unités de police antiémeute aient pris position à l’intérieur du tribunal de Bouira, mitoyen du siège de la radio, assurant ainsi la sécurité de son personnel. Ce dernier, justement, scandalisé par cette décision de suspension de leur collègue, prise «unilatéralement et arbitrairement» par la direction générale, a exigé, dans un rapport adressé à cette dernière, la réhabilitation de leur directeur qui se trouve être, et ce de l’avis même des professionnels et de la société civile, victime d’une décision «arbitraire» et «irresponsable».  


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!