Sept cadavres rejetés par la mer : Découverte effroyable à Mostaganem | El Watan
toggle menu
samedi, 03 décembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Sept cadavres rejetés par la mer : Découverte effroyable à Mostaganem

03 janvier 2021 à 11 h 00 min

Les corps de sept personnes, en état de décomposition avancée, ont été retrouvés, hier, sur une plage (les Trois frères) d’une localité de la wilaya de Mostaganem.

Il s’agit, selon la Protection civile, de cadavres de quatre femmes et trois hommes, âgés entre 16 et 30 ans. Aucune autre information n’est disponible pour le moment, notamment pour ce qui est de leurs identités. Toutefois, selon toute vraisemblance, il s’agirait de candidats à l’émigration clandestine.

A noter que ces derniers jours, les conditions météorologiques sont extrêmement difficiles, avec des vents violents qui soufflent sur les côtes du pays, ce qui augmente inéluctablement les risques de noyade d’autant que dans beaucoup de cas, ceux qui tentent de rejoindre l’autre rive de la Méditerranée le font sur des embarcations de fortune.

A la mi-décembre, un bateau de pêche a fait naufrage. Les corps de ses occupants ont été retrouvés. A la fin du même mois, un bateau de pêche, avec deux personnes à son bord, avait disparu à Mostaganem, toujours en raison des conditions météorologiques. Tout cela pour dire que les conditions de navigation en mer ces dernières semaines sont extrêmement difficiles. Mais d’une manière générale, il n’y a pas un mois sans que la disparition, ou la noyade, de personnes tentant de rejoindre l’Europe, par mer, ne soit annoncée. Il y a quelques jours, des familles de quelques jeunes de Béjaïa se sont manifestées pour signaler la disparition de leurs proches.

Au mois de novembre, c’était le cas aussi avec 14 jeunes de Mostaganem. En octobre, des membres de 12 familles de Constantine et Annaba se sont rassemblés devant la direction des garde-côtes de Annaba pour demander à ces derniers de redoubler d’efforts afin de retrouver les 12 jeunes ayant tenté de rejoindre l’Europe à bord, apparemment, d’une embarcation de fortune.

Durant l’été et les mois de septembre et octobre, les conditions météorologiques étant favorables, les «départs» se sont multipliés. Certains se risquent même de partir depuis le centre du pays. En septembre, en l’espace de cinq jours, les gardes-côtes ont repêché dix corps et intercepté environ 500 personnes à bord d’embarcations diverses.

Selon un rapport de l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex, cité par l’AFP, durant les cinq derniers mois de l’année 2020, le nombre de migrants a dépassé les 3700, dont la moitié sont des Algériens. Bien entendu, il s’agit là de ceux qui ont été interceptés.

Le nombre de ceux qui réussissent à atteindre l’autre rive de la Méditerranée clandestinement sans se faire arrêter par les services de sécurité des pays concernés reste inconnu. Dans tous les cas de figure, le nombre des candidats à l’émigration clandestine est en continuelle hausse. Il y a même des cas où des familles entières, avec des enfants en bas âge, s’y aventurent. Et l’issue est souvent dramatique.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!