Sellal va vendre du bluff | El Watan
toggle menu
jeudi, 18 avril, 2019
  • thumbnail of elwatan20190418

Balises

Sellal va vendre du bluff

11 février 2019 à 11 h 23 min

En 2014, en campagne électorale pour le président sortant, sillonnant les wilayas du pays, Sellal les avait arrosées de généreux chèques tirés du Trésor public : l’argent contre le vote, c’était là l’arme infaillible en cette période de faste budgétaire et de pic dans la redistribution sociale de la rente pétrolière.

Pour Sellal et toute une cohorte d’alliés, rien n’était de trop pour un 4e mandat de Bouteflika, pas même l’AVC qui venait, quelques mois plus tôt de le terrasser. Des experts autoproclamés minimisèrent la maladie et le credo officiel était que le Président toujours lucide veillait aux commandes du pays. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Dans la logique des choses, l’urne fatale plébiscita Bouteflika d’un score «nord- coréen» et cela pour la quatrième fois. Tout le système – y compris l’Etat – se mit en bon ordre derrière lui. Et puis vint la douche froide, le marché pétrolier qui se retourne, tétanisant le pouvoir par l’ampleur du choc. Aucune parade. Les autorités n’ont jamais pensé à la création d’autres richesses pouvant se substituer aux hydrocarbures. Le Premier ministre, Sellal, sortit le concept d’austérité, bricola quelques mesures fiscales et commerciales, en vain. Pour parer au plus pressé, il puisa largement dans les réserves de change placées à l’extérieur.

Quatre années durant, le pays vogua tel un bateau ivre, sans timonier, sans réformes, ni politiques ni commerciales, avec une seule obsession : le contrôle maximum de la société pour ne pas «perturber» Bouteflika livré à la dégradation constante de sa maladie. La répression s’abat sur tout mouvement de foule, notamment à Alger. Les rares apparitions publiques du chef de l’Etat le montrent dans un état pitoyable, au point où l’opinion publique s’émeut et demande à ce qu’on respecte sa dignité.

Successeur de Sellal, Ouyahia ne change rien. Il aggrava le tableau économique, déjà désastreux, en introduisant une solution de facilité pour renflouer les caisses du Trésor public, la planche à billets qui fit grimper le taux d’inflation. La répression s’accentua à l’encontre des militants des droits de l’homme et des professionnels des médias sur fond d’aggravation de la corruption, dont le point d’orgue fut l’affaire des conteneurs de cocaïne saisis à Oran .

Des généraux-majors furent arrêtés et traduits en justice. L’approche de l’élection présidentielle traumatisa le système politique qui vit, pour la première fois et sérieusement, surgir le risque de voir son principal soutien hors course, en l’occurrence
Bouteflika. Dès la fin de l’année 2018, la perspective d’un report du scrutin fut mise sur la table puis abandonnée, tout comme tomba à l’eau l’idée de recherche d’ un «homme consensuel» susceptible de remplacer le président de la République . Finalement fut retenue l’option d’un 5e mandat, solution de dernière recours et de facilité pour le sérail. Sellal devra convaincre dès maintenant les Algériens de donner leur voix à un homme pratiquement grabataire qui, de par sa fonction, sera tenu de voyager à l’intérieur et à l’extérieur du pays, de travailler à longueur de journée, de recevoir du monde, de dialoguer avec la population, etc.

Sellal ne pourra que vendre du bluff, du mensonge et du vent. Aucun citoyen sensé ne le suivra sur ce terrain. Ceux qui estiment la personne de Bouteflika, plaident pour qu’on le laisse finir sa vie en paix, loin des pressions et des intrigues de son entourage. Les autres, et ils sont bien plus nombreux, veulent qu’on tourne la page de ce dirigeant qui, depuis l’indépendance, a bien assouvi ses ambitions, souvent au détriment des intérêts vitaux du pays.

Ces Algériens là n’ont rien à voir avec ceux qui, à la Coupole, se battaient pour être les premiers à embrasser un tableau du Président. Pleins de bon sens et surtout de dignité, ils ne permettront jamais un 5e mandat qui ne fera qu’aggraver les maux des mandats antérieurs et donc accélérer le chaos du pays .

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!