Saison estivale : Les 5 flops | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Saison estivale : Les 5 flops

24 août 2018 à 4 h 25 min

On a eu vraiment chaud cet été. Élement phare : tenir une activité artistique devient un acte de résistance, car la rue voulait se mobiliser contre la culture. Des groupes d’individus boycottent la musique en donnant un cachet religieux à leur initiative. Puis vient l’insécurité et l’anarchie dans les endroits de détente. Tour d’horizon.

La musique, la note zéro

26 juillet. Ouargla. Gala annulé de Kader Japonais. D’autres activités culturelles et artistiques, spécialement de chants et de musique, sont annulées à El Oued, Sidi Bel Abbès, Boumerdès, Tébessa, El Tarf, Djelfa. Sur les réseaux sociaux, depuis l’incident de Ouargla, une nouvelle mode s’installe. Des photos de citoyens qui occupent des lieux publics afin de faire leur prière.

Une symbolique pour eux et aussi une manière musclée d’annuler une quelconque activité culturelle. Pour la caravane organisée par l’ONDA dans le cadre Nafrah Djazaïri, il faut dire que dans certaines villes, aucun incident n’a été signalé. Mais ailleurs, ce n’était pas vraiment la joie.

Des activités ont été sérieusement perturbées. Le ministre de la Culture fait dans la communication ; il anime une conférence de presse, il bombarde la presse de statistiques. A Béjaïa, le festival de la chanson amazighe a été sauvé de justesse.

Le maire annonce d’abord son annulation. Fait inattendu pour lui apparemment : la population se mobilise et les réseaux sociaux flambent. Indignation absolue. Puis on explique que c’est seulement un report et que les autorités locales avaient d’autres priorités que d’organiser un festival.

Autrement dit, c’est au moment où il faut organiser ce festival en pleine saison estivale, dans une ville connue pour son flux de touristes, qu’ils se souviennent qu’il faut aussi s’occuper de l’environnement. Finalement, le festival a et lieu ; il a même été une réussite. Et le concert de Takfarinas est l’exemple patent. Une minute de silence a été observée à la mémoire de Aïssa Zoubir.

Dans les grandes villes, il faut signaler que la musique était, plus ou moins, au rendez-vous. Aussi en Kabylie, à Tigzirt particulièrement qui, au moment où la baignade était interdite pendant les années de terrorisme dans plages d’à côté, on peut choisir sur quel rythme musical danser. Une manière de résister à l’islamisme, dit-on.

Attention, on tue sur le sable

1er aout. Béjaïa. Exactement à Souk El Tenine, une des plages réputées de la ville. Un jeune homme, Aïssa Zoubir, venu d’El Oued, est mortellement agressé sur le parking de cette plage. C’était un estivant parmi tant d’autres. Les agresseurs étaient des «gardiens de parking». Le jeune homme a succombé à ses blessures après son admission à l’hôpital de Béjaïa.

Un accident qui a soulevé une vague d’indignation à travers le pays. Aïssa Zoubir a été enterré dans sa ville natale, au Sud. Un rassemblement a été organisé aussi à l’occasion. Mais certains ont voulu donner à ce crime une autre tournure «régionaliste». Mais le constat est là. A Béjaïa ou dans d’autres villes, le parking sauvage et l’insécurité, deux aspects sur lesquels les autorités doivent sérieusement se pencher.

Il y a eu «absence de l’Etat». Puis 15 jours plus tard, alors que les esprits commencent à peine à se calmer, voilà une autre victime de «parkingueurs». Il s’appelait M. Djalel. Un jeune homme d’une trentaine d’années, tué à coups de couteau dans la soirée dsur la plage Rocher Pourri, à la sortie est de Boumerdès. La victime, native de Bab Ezzouar (Alger) a été enterrée lundi 13. Puis on annonce l’arrestation d’un des présumés auteurs du crime par les gendarmes, qui précisent que son complice est en fuite.

Même si l’enquête est toujours en cours, le sujet de l’insécurité revient à chaque saison estivale. Les habitants ont beaucoup insisté (relire notre article de mardi 15 août) sur l’insécurité qui gagne les différentes plages de la wilaya.

Ils ont, à maintes reprises, saisi les autorités locales pour les différents dépassements qu’ils remarquent fréquemment. Pourtant un dispositif sécuritaire important a été déployé : pas moins de 20 000 gendarmes et 150 000 policiers mobilisés pour veiller à la protection des citoyens et à la sécurisation de l’environnement.

Gratuité, dites-vous ?

A l’exception bien précise de certaines plages, pour s’installer sur le sable, il faut prévoir un budget. On se demande si le ministre de l’Intérieur vérifie bien l’application de ses décisions ou du moins ses promesses. Nourredine Bedoui avait pourtant affirmé, au début de la saison estivale, que l’accès aux plages serait gratuit cet été et que tout serait mis en place pour le garantir.

Trop beau pour être vrai. Mais la mafia des plages est encore là. Parasols, chaises sont disponibles à la location. Si quelqu’un veut installer son matériel à lui, ou carrément mettre comme au beau vieux temps une serviette sur le sable, il faudrait revenir une autre fois.

Pas moins de 600 DA la journée sans compter le parking. Les prix pour ce dernier sont par contre affichés sur certaines plages et des tickets dans d’autres. Pour les autres équipements, on paye et on se tait. Les retardataires, ceux préférant la fraîcheur de fin de journée, faut faire appel à la chance pout trouver les meilleures places.

Mais quand on paye un peu plus, 1200, 1500 DA par personne pour accéder aux plages, dite de luxe, c’est vrai, où le confort et l’intimité sont parfois garantis. Mais on ne mange pas à sa faim. Car il est interdit d’amener la nourriture, ne serait-ce que de l’eau. Il faut donc un autre budget plus conséquent pour manger.

Peu se permettent l’étranger

Confirmation de Xavier Driencourt, ambassadeur de France à Alger : il y a eu «moins de visas délivrés en avril, mai et juin parce qu’il y a eu moins de dossiers déposés».

«Normal, lorsque nous devons passer des nuits entières devant le micro pour décrocher un rendez-vous, on finit par lâcher», rétorque un fonctionnaire qui a fait plusieurs tentatives pour ses enfants, en vain. «Je n’ai même pas pu décrocher un rendez-vous pour le dépôt de dossier de visa», témoigne une étudiante qui voulait passer quelques jours à Marseille chez sa sœur.

Même désarroi chez d’autres qui ont tenté d’obtenir un visa pour l’Espagne ou l’Allemagne, même si parfois c’est moins compliqué que la procédure pour un visa français. Des rendez-vous lointains, des refus ou, dans les meilleurs des cas, un visa d’une validité de trois mois. Restrictions sur les visas ?

Xavier Driencourt tente d’expliquer cette situation en infirmant d’abord que ces complications ne sont pas liées à la limitation des importations depuis la France, comme certains veulent le faire croire. Il s’agit plutôt de l’introduction du logiciel «France visa», le changement de prestataire à Alger, c’est-à-dire VFS, et l’existence de bugs informatiques.

Et un peu de com

Des chiffres, encore des chiffres. Pour convaincre d’un bon déroulement de la saison estivale, le ministre de la Culture balance des statistiques. L’affluence arrive dans certains galas dans le cadre de la caravane d’ONDA à 12 000 ou 15 000 spectateurs.

M. Mihoubi a précisé que la caravane encadrée par l’Office national des droits d’auteur et droits voisins (ONDA) a visité jusqu’à la mi-août 40 wilayas, ajoutant qu’elle a remporté un «large succès», grâce à «l’adhésion des représentants de la société civile dans toutes les régions, notamment celles qui n’ont pas connu des activités culturelles similaires depuis 50 ans».

Il a annoncé aussi, le 13 août dernier, que plus de 700.000 spectateurs ont assisté aux différents festivals et activités culturelles organisés depuis le début de l’été 2018 à travers le territoire national. Pour mieux convaincre, il annonce un chiffre de… un million de spectateurs. Il se vante encore : 600 rencontres artistiques ont été organisées.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!