toggle menu
jeudi, 24 janvier, 2019
  • thumbnail of elwatan09072018

Résultats de l’enquête nationale sur les facteurs de risque des maladies non transmissibles : Tous les voyants sont au rouge

14 novembre 2018 à 11 h 07 min

Deux femmes sur trois et un homme sur deux sont atteints de diabète en Algérie. La prévalence de la maladie avoisine la barre des 15% alors que le taux d’obésité et de surpoids dépasse les 50% de la population âgée de 18 à 69 ans, dont 63% sont des femmes et 48% des hommes.

L’hypertension artérielle (HTA) a, quant à elle, atteint un taux inquiétant, soit une prévalence de plus de 35%. 7450 ménages ont été enquêtés sur la base d’un questionnaire, d’un examen physique et d’un bilan sanguin.

Les résultats de l’enquête nationale sur la mesure des facteurs de risque des maladies non transmissibles, selon l’approche Step Wise de l’OMS, lancée en 2016 à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le diabète, seront présentés aujourd’hui à la même occasion par le ministère de la Santé, confirment les prévisions des spécialistes quant à la progression du diabète, des maladies cardiovasculaires, l’HTA et les autres maladies non transmissibles.

Cette enquête nationale, qui a bénéficié d’un appui financier et technique de l’OMS dans le cadre du programme de coopération et d’autres partenaires impliqués dans la lutte contre le diabète, a pour but d’évaluer la charge de morbidité de ces maladies et la tendance du poids des huit facteurs de risque, à savoir le tabac, l’alcool, la nutrition, l’inactivité physique, l’obésité, la pression sanguine élevée, l’hyperglycémie et l’hyperlipidémie sur une décennie.

Il est également question de déterminer la prévalence des MNT (diabète, HTA) et autres maladies chroniques cardiovasculaires, respiratoires et cancers, d’évaluer la prévalence des suicides, des accidents de la circulation, des traumatismes et de déterminer le profil de la santé bucco-dentaire. Les résultats de l’enquête ont montré que la consommation de sucre, de sel et de graisses prend des proportions alarmantes. Près de 24% des personnes interviewées affirment ajouter du sel à leur plat sans l’avoir goûté.

Placée sous la responsabilité de la direction générale de la prévention et de la promotion de la santé du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, assistée par le bureau central d’enquête en épidémiologie, composé de représentants de l’INSP, du MSPRH, de l’OMS et d’experts, cette enquête s’est déroulée à travers le territoire national, en tenant compte des différences géographiques (littoral, Hauts-Plateaux et région Sud) et 46 wilayas ont été ciblées.

Ces résultats tant attendus, qui brossent un tableau complet de la situation épidémiologique inquiétante de la santé des Algériens, pourront peut-être convaincre enfin les autorités de santé de procéder à la mise en œuvre du plan national multisectoriel de lutte contre les facteurs de risque des maladies non transmissibles, élaboré depuis quelques années, dont un comité intersectoriel a été installé mais frappé d’une décision de gel par le professeur Mokhtar Hasbellaoui, ministre de la Santé, à l’instar de tous les autres comités scientifiques.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!