Recueillement sur la tombe du fondateur du FFS à Aït Yahia (Tizi Ouzou) : «Respectons le serment de Hocine Aït Ahmed» | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Recueillement sur la tombe du fondateur du FFS à Aït Yahia (Tizi Ouzou) : «Respectons le serment de Hocine Aït Ahmed»

24 décembre 2019 à 10 h 00 min

Des centaines de personnes se sont recueillies, hier, sur la tombe du fondateur du FFS, Hocine Aït Ahmed, dans la commune d’Aït Yahia, daïra de Aïn El Hammam, à 45 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, à l’occasion du 4e anniversaire de la disparition de ce révolutionnaire qui a consacré sa vie au combat démocratique et aux droits de l’homme.

Ainsi, pour rendre hommage à ce symbole des libertés, des militants du plus vieux parti de l’opposition, venus des quatre coins de la région et même en dehors de la wilaya de Tizi Ouzou, notamment, se sont dirigés au village Ath Ahmed où repose  Si L’Hocine.

«Les valeureux hommes ne meurent jamais», essaye de commenter un jeune militant politique qui veut résumer, dit-il, le parcours de l’ancien président du FFS. «Il a laissé un grand héritage qu’on doit sauvegarder, car il s’agit d’un immense travail qui a réussi à éveiller les consciences d’une génération qui a combattu le colonialisme français et qui a lutté contre la confiscation de l’indépendance par le clan d’Oujda. Son idéal est porté par des millions d’Algériens dans toutes les régions du pays et même dans la diaspora», ajoute-t-il.

Parmi les présents, hier, au recueillement organisé au village de Hocine Aït Ahmed, il y avait des cadres, des élus locaux, des parlementaires du FFS, dont Ali Laskri, membre du présidium, et les présidents d’APW de Tizi Ouzou et de Béjaïa. Ainsi, Youcef Aouchiche, président de l’Assemblée de wilaya de Tizi Ouzou, a estimé que l’ancien président du FFS a légué aux militants de son parti un héritage politique et éthique.

«Le parcours de Si L’Hocine, son amour pour la patrie, sa lucidité et sa clairvoyance demeurent toujours des repères incontournables, tant l’image indélébile du défunt reste éternelle dans la mémoire de ceux qui aiment l’Algérie. Donc, par fidélité, engagement et action, nous devons perpétuer et continuer l’œuvre de cet homme», a-t-il souligné. Plusieurs citoyens qui se sont rendus, hier, au village Ath Ahmed, ont rappelé les valeurs morales et l’itinéraire politique de Si L’Hocine.

«Nous devons continuer le combat de Hocine Aït Ahmed afin d’aboutir à l’instauration de la IIe République, qui était l’une de ses aspirations. Il voulait voir un Etat de droit dans une Algérie démocratique et sociale. D’ailleurs, nous demeurons fidèles aux idéaux défendus par Aït Ahmed et le FFS depuis sa création», nous a confié un autre militant du FFS. Le fils de Si L’Hocine était également présent au recueillement, mais sa veuve n’a pas pu y assister pour des raisons de santé.

«Ce 23 décembre, nous saluerons dans la simplicité la mémoire de Hocine Aït Ahmed, décédé voici quatre ans. Pour respecter ses dernières volontés, il n’y aura pas de cérémonie à caractère politique sur sa tombe à Aït Yahia.

Pour l’honorer, un recueillement dans la « rahma » suffira.» « »Aucun tombeau, ni mausolée ne doit être construit sur ma tombe, laquelle ne fera jamais l’objet d’aucune cérémonie de la part de toutes les autorités politiques, de tous les partis politiques et autres groupements, ni d’aucune exploitation mercantile. » C’est ce qu’a déclaré Hocine Aït Ahmed, le 6 février 2012», tel est le message de Jugurtha Aït Ahmed qui a insisté sur le respect du serment du fondateur du FFS. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!