Algériens bloqués à l’étranger : Reprise imminente des opérations de rapatriement | El Watan
toggle menu
vendredi, 03 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Algériens bloqués à l’étranger : Reprise imminente des opérations de rapatriement

18 juillet 2020 à 10 h 10 min

Un nombre important de nos ressortissants se trouvent toujours loin de chez eux depuis maintenant cinq mois, notamment en France, pays qui totalise le plus de cas.

C’est peut-être la fin du calvaire pour des milliers de nos compatriotes qui sont toujours bloqués à l’étranger : le Premier ministre Abdelaziz Djerad a ordonné, ce jeudi, la reprise des opérations de rapatriement de nos ressortissants retenus hors de nos frontières.

Ces opérations sont annoncées pour cette semaine, d’après un communiqué des services du Premier ministère diffusé ce 16 juillet et relayé par l’APS.

«Dans le cadre de la poursuite de l’opération de rapatriement des citoyens bloqués à l’étranger, le Premier ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a instruit le ministre des Affaires étrangères, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, le ministre des Transports, le ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, en vue de mobiliser la flotte aérienne et maritime dans les prochains jours ainsi que les établissements hôteliers devant servir dans ce cadre pour la période de quatorzaine sanitaire préventive applicable aux personnes rapatriées», indique le communiqué du Premier ministère.

La même source souligne que cette action «privilégiera en premier lieu les familles bloquées ainsi que les personnes ayant effectué des déplacements pour des soins et nos étudiants à l’étranger».

Pour les modalités pratiques, le communiqué précise : «Il y a lieu de signaler que nos citoyens inscrits pour le rapatriement seront avisés et contactés par nos postes diplomatiques et consulaires par e-mail et par SMS .»

D’après TSA, «une enveloppe de 3 milliards de dinars est allouée pour le confinement des Algériens rapatriés de l’étranger. Un chapitre intitulé ‘Frais inhérents au confinement sanitaire préventif imposé pour les citoyens rapatriés de l’étranger’ est créé au sein de la nomenclature du budget de fonctionnement du ministère de l’Intérieur, en vertu d’un décret présidentiel publié au dernier Journal officiel».

Il faut rappeler, en effet, que les personnes rapatriées sont systématiquement placées en quarantaine pour une période de 14 jours, généralement dans des établissements hôteliers, afin de parer à tout risque de propagation du coronavirus.

L’Algérie a fermé officiellement ses frontières ainsi que son espace aérien le 17 mars 2020, induisant la suspension de tous les vols commerciaux. Dès lors, les voyageurs qui se trouvaient en déplacement avant cette date n’ont pas pu rentrer au pays.

Certains étaient partis pour des soins, d’autres pour des recherches universitaires ou encore de courtes vacances. Nombre de nos ressortissants étaient également en visite familiale. C’est le cas notamment des parents qui rendaient visite à leurs enfants résidant à l’étranger.

Depuis le début de la pandémie, de nombreuses opérations d’évacuation ont été engagées, depuis la Chine, la France, la Turquie, les Emirats arabes unis, l’Inde…

Le porte-parole de la Présidence, Bélaïd Mohand Oussaïd, a déclaré,lors d’une conférence de presse le 9 juin dernier, que l’Algérie a rapatrié en tout, jusqu’à cette date, «près de 13 000 ressortissants algériens bloqués à l’étranger depuis la fermeture de l’espace aérien à cause de la pandémie de Covid-19».

«Le consulat m’a appelé»

Seulement voilà : un nombre important de nos ressortissants se trouvent toujours loin de chez eux depuis maintenant cinq mois, notamment en France, pays qui totalise le plus de cas. Selon la chaîne France 24 qui a consacré récemment un sujet au quotidien difficile des Algériens retenus à l’étranger, il y en aurait quelque 5000 qui sont bloqués en France.

Pour alerter sur la situation dramatique à laquelle ils sont confrontés, nos ressortissants bloqués ont multiplié les actions de protestation et les sit-in devant nos représentations diplomatiques à l’étranger. Ils ont également investi avec force les réseaux sociaux pour montrer l’étendue de la tragédie.

Des pages Facebook ont été créées à cet effet. L’une des plus actives est la page «Algériens bloqués en France» qui compte plus de 10 000 membres. Des SOS et des témoignages en cascade sont postés sur ces pages, assortis régulièrement de photos et de vidéos poignantes montrant des Algériens totalement livrés à leur sort, devenus de véritables SDF, dormant dans la rue, dans les parcs, errant dans les faubourgs de l’exil.

Ces pages ont eu également le mérite de mettre en relation les personnes en détresse et celles pouvant leur venir en aide. Car il faut souligner que si plusieurs de nos compatriotes ont pu tenir le coup, c’est surtout grâce à la formidable mobilisation de notre communauté émigrée pour leur porter assistance.

Outre ces forums, des cagnottes en ligne ainsi que des pétitions ont été lancées. «Monsieur le Président, cela fait maintenant quatre mois que nous sommes abandonnés à l’étranger, épuisés moralement et démunis financièrement», alertait une pétition lancée le 6 juillet dernier en forme de Lettre ouverte au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avant d’ajouter : «Nous survivons dans des conditions de vie misérables.

Certains d’entre nous sont tombés en dépression en apprenant la perte d’un proche en Algérie.» «Monsieur le Président, nous sommes des mères et pères loin de leurs enfants, des filles et fils loin de leurs parents, des frères et sœurs loin de leurs familles… Nous sommes des centaines d’Algériennes et Algériens, loin de leur chère patrie.

Monsieur le Président, nous, Algérien(ne)s bloqué(e)s à l’étranger, appelons votre Excellence pour intervenir rapidement et instruire les services compétents afin de mettre fin à notre détresse», imploraient les initiateurs de cette pétition électronique.

A la faveur de cette annonce du gouvernement, nos compatriotes bloqués poussent un profond soupir de soulagement. Sur les réseaux sociaux, les réactions ont un parfum de délivrance.

«Le consulat m’a appelé ce matin pour mon évacuation vers l’Algérie. El Hamdoullah !» exulte un de nos concitoyens qui désespérait de voir poindre la lumière. Puissent tous nos compatriotes connaître la même émotion et rentrer enfin au bercail après ce long cauchemar…


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!