Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l’année prochaine | El Watan
toggle menu
samedi, 14 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan14122019

  • Massage Tunisie


Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l’année prochaine

17 janvier 2019 à 11 h 50 min

Les inspecteurs ont, mardi dernier, à entamé les projets relatifs aux questions des épreuves du baccalauréat de l’année scolaire en cours, prévues du 16 au 20 juin prochain.

C’est ce qu’a déclaré, hier, Nedjadi Messeguem, inspecteur général au ministère de l’Education nationale, invité d’une chaîne télévisée privée. Selon lui, la procédure de conception des questions est la même qui a été  suivie l’année passée et il n’y aura pas de question piège ni d’ambiguïté ou de confusion dans l’élaboration de ces épreuves. Elles seront également puisées du programme donné aux élèves et peuvent changer si des perturbations sont déplorées dans le secteur pour quelque raison que ce soit.

Se penchant sur la question de la réorganisation de cette épreuve décisive pour le cursus scolaire de l’élève, M. Messeguem a annoncé que les premières évaluations des élèves commenceront l’année scolaire prochaine, soit 2020-2021. «Les élèves en 1re année secondaire seront les premiers à tester ce nouveau mode d’évaluation dans lequel nous voulons prendre en considération tous leurs efforts fournis au cours de l’année. Les notes des évaluations de leurs 2e et 3e années secondaires seront prises en considération dans la moyenne finale du baccalauréat.

Ces données seront conservées au niveau de l’Office national des examens et concours (ONEC)», déclare-t-il, avant de donner plus de détails sur ce mode de notation. Les deux moyennes d’évaluation de ces deux années secondaires seront additionnées puis divisées par deux. Celle de l’épreuve écrite du baccalauréat sera multipliée par quatre. Ces deux chiffres seront additionnés puis divisés par cinq, donnant ainsi la moyenne finale de l’élève lui permettant ou pas d’accéder à l’université.

Selon l’inspecteur, l’évaluation continue concerne toutes les matières sans exception. Ceci contrairement aux épreuves écrites où des matières seront appelées à disparaître, selon la filière. Il donne l’exemple de la filière lettres et sciences humaines où les candidats n’auront pas à passer les examens de mathématiques et de sport dans les épreuves finales du baccalauréat. Ceux de la filière mathématiques seront libérés des épreuves de langues française et anglaise, de géographie et de sport.

Toutefois, il y a des matières que toutes les filières auront à passer sans exception. Il s’agit de la langue arabe, l’histoire, les sciences islamiques et la philosophie. Ainsi, les jours d’examen  seront réduits à 3 jours et demi au lieu de 5.

Pour les candidats libres, ils devront s’inscrire obligatoirement à l’Office national de l’enseignement et de la formation à distance (ONEFD) pour pouvoir participer aux épreuves du bac 2021. Ils suivront ainsi des cours de 2e AS et de terminal, comme ceux scolarisés normalement. L’appellation de ces candidats, qui représentent le tiers des inscrits au baccalauréat, va changer pour devenir les candidats scolarisés à distance.

– La ministre nie les accusations des syndicats

Face à la situation d’impasse que vit actuellement le secteur de l’éducation après l’annonce du mouvement de grève prévu pour ce lundi, la ministre, dans une déclaration à la presse à l’occasion de la Journée nationale de la commune, est revenue sur la nécessité de recourir au dialogue. Elle dit être engagée à veiller à associer tous les syndicats au dialogue autour des questions qui intéressent le secteur. Elle a nié toutes les accusations des syndicats concernant la prise de décision unilatéralement.

Elle argumente sa position en revenant sur les décisions et propositions pertinentes, où 98% d’entre elles étaient formulées par les syndicats et prises en considération par son département. De leur côté, les syndicats disent aujourd’hui que faire marche arrière quant à la protestation est «juste impossible».

La cause, assurent-ils, est le «manque de temps» pour la concertation après les réunions bilatérales, où les membres de l’Intersyndicale de l’éducation n’ont pas été «prioritaires». Ces derniers comptent se réunir dimanche au siège de l’Unpef pour analyser les résultats de ces réunions et préparer leur mouvement de protestation, qui aura lieu le lendemain sur le territoire national. A. B.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!