Rentrée universitaire 2019-2020 : L’USTHB à l’heure des bilans | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019


Rentrée universitaire 2019-2020 : L’USTHB à l’heure des bilans

10 septembre 2019 à 10 h 05 min

Al’occasion de la rentrée universitaire, le nouveau recteur de l’Université des sciences et des technologies Houari Boumediène (USTHB), le professeur Benali Cherif Nourreddine a animé, hier, une conférence de presse dans laquelle il a présenté le bilan des inscriptions. Dans la plus ancienne université de la capitale, ils sont plus de 50 000 inscrits au titre de l’année universitaire 2019-2020, qui commencera dans la première quinzaine du mois d’octobre. Sur ce chiffre, le nombre de bacheliers est de 9626 étudiants, dont 60% sont des filles.

Ce chiffre est appelé à augmenter étant donné que les opérations de transfert n’ont commencé que le 8 septembre ; elles se poursuivront jusqu’au 12 sur la plateforme Progress pour les nouveau bacheliers et sur dossier pour les autres années. «En attendant le début officiel des cours, les examens relatifs à l’année 2018-2019 se déroulent en ce moment. Vu les circonstances politiques du pays et le hirak, l’année passée a été quelque peu perturbée. C’est la raison pour laquelle les examens ont été programmés du 4 au 19 septembre. Juste après suivront les examens de rattrapage prévus sur une durée d’une dizaine de jours», a déclaré le nouveau recteur qui finalement s’est contenté de donner un bilan chiffré de la gestion de son prédécesseur ; aucun projet n’a été dévoilé. Sur la multitude de chiffres donnés, nous avons retenu le nombre important d’étudiants inscrits en tronc commun : 16 849. Sur les 42 554 inscrits en premier et deuxième cycles de licence et mastère, 4947 sont diplômés.

La majorité de ces derniers sont ceux du mastère. Un chiffre appelé également à augmenter dans les prochaines semaines après la fin des examens de l’année 2018-2019. Pour le doctorat, 1331 étudiants sont inscrits ou réinscrits pour 102 nouveaux postes ouverts, qui s’ajoutent aux 254 ouverts au titre de l’année universitaire précédente. Interrogé sur le taux d’échec à la première année universitaire, le professeur Benali Cherif explique que ce taux diffère d’une spécialité à une autre. En compagnie du vice-recteur chargé de la pédagogie, il cite une moyenne de redoublement de près de 30%. Un chiffre qui rejoint ceux donnés par les syndicats de l’éducation, qui ont toujours remis en question le véritable niveau des bacheliers. Selon leur propos, ces détenteurs du baccalauréat n’ont pas le niveau requis pour intégrer l’université, d’où justement leur appel à la réforme de tout le système éducatif au palier secondaire.

Pour l’introduction de l’anglais à l’université, le conférencier considère que cette langue, qui est déjà utilisée par les étudiants de l’USTHB, est un acquis pour l’université algérienne étant donné que toutes les recherches et documents scientifiques sont dans cette langue universelle. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!