Rejets toxiques dans les barrages de Bouira : Alerte à la pollution | El Watan
toggle menu
mardi, 19 mars, 2019
  • thumbnail of elwatan20190319

Rejets toxiques dans les barrages de Bouira : Alerte à la pollution

15 octobre 2018 à 1 h 00 min

La problématique de l’assainissement des eaux usées se pose avec acuité dans la wilaya de Bouira. Les trois barrages hydrauliques existants, qui mobilisent un volume d’emmagasinement avoisinant le milliard de mètres cubes, reçoivent des eaux usées et autres déchets toxiques à travers les cours d’eau, suscitant de l’inquiétude dès lors que cette situation a un impact direct sur la santé publique.

En dépit des assurances faites par les responsables du secteur des ressources en eau quant à la potabilité des eaux provenant des barrages destinées aux populations, le problème persiste. Le manque de stations d’épuration et le peu de moyens mobilisés pour le traitement des rejets posent problème et exposent ainsi la santé des citoyens au danger.

Des rejets toxiques et des produits cancérigènes, ainsi qu’un volume considérable d’eaux usées domestiques sont charriés directement vers le barrage Tilesdit, situé dans la commune de Bechloul, a-t-on constaté sur place. L’infrastructure, d’une capacité de stockage de 168 millions de mètres cubes, alimente 15 communes de la wilaya de Bouira et trois autres de l’est de Bordj Bou Arréridj, totalisant une population de 500 000 personnes. L’origine de ce désastre réside dans les pannes devenues répétitives au niveau de la station d’épuration située à l’entrée est de la wilaya, et aussi de la station de relevage des eaux usées réalisée au niveau du quartier Amar Khodja, a-t-on précisé à la direction de l’hydraulique de la wilaya, soulignant que la station de relevage en question n’a jamais été mise en service.

Questionné, le directeur de l’Office national de l’assainissement (ONA), Amar Khendriche, a énuméré plusieurs points noirs constatés notamment sur les conduites et les réseaux, nécessitant des opérations de réhabilitation. «Cela ne sert à rien si on met en service la station de relevage, dès lors que des fuites demeurent à ce jour non réparées. Cette situation est due au tassement dans des conduites des déblais provenant des chantiers», a-t-il déclaré en confirmant qu’un volume important d’eaux usées sont déversées dans les oueds et charriées directement vers le barrage de Tilesdit.

«Le problème a été soulevé au niveau de la région de Sour El Ghozlane et de Lakhdaria, où des eaux usées se déversent dans les barrages de Oued Lakhel et Koudiat Acerdoune. Nous avons demandé l’inspection d’un projet visant à rassembler les eaux usées provenant des localités de Thameur, Oued Gares, Ouled Bellil et Ouled Bouchai vers la station d’épuration», a-t-il affirmé. Le projet est aux oubliettes. Le responsable a indiqué que la station d’épuration de la commune de Bouria purifie une quantité allant de 18 000 à 20 000 m3/jour.

De son côté, le directeur des ressources en eau de la wilaya, Lahbi Boulanouar, qui a tenté de minimiser ce danger en rappelant que l’eau des barrages est traitée et n’a aucune incidence sur la santé des consommateurs, a précisé que ce sont des eaux usées domestiques qui sont déversées dans les barrages. L’inconscience des responsables censés veiller sur la santé publique nous rappelle le feuilleton douloureux vécu l’été dernier après avoir enregistré plusieurs cas de choléra. Une maladie qui avait généré un climat de panique et de peur au sein de la population. La wilaya de Bouira avait été désignée comme l’épicentre de l’épidémie.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!