Réalisation de 30 nouveaux barrages entre 2015 et 2019 | El Watan
toggle menu
lundi, 21 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Les pouvoirs publics envisagent de réaliser 30 nouveaux barrages d’ici 2019.

Réalisation de 30 nouveaux barrages entre 2015 et 2019

20 janvier 2014 à 10 h 00 min

D’une capacité de près de 1,5 milliard de mètres cubes, ces barrages seront réalisés dans le cadre du futur plan quinquennal 2015-2019, a indiqué hier le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib. Le ministre, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, n’a toutefois pas donné les sites ni les régions où seront construits ces barrages. Mais la chargée de communication du secteur, Nassira Medebbeb, contactée hier par notre rédaction, cite, parmi les barrages dont les études sont déjà finalisées et programmés dans le prochain quinquennat, celui de Boultana (El Tarf) d’une capacité de 24 millions de mètres cubes ; celui de Renem (Souk Ahras) de 45 millions de mètres cubes ; celui de Ouldja (Khenchela) de 50 millions de mètres cubes ; celui de Bounamoussa (El Tarf) de 75 millions de mètres cubes et enfin celui de Taourira (Tipasa) de 42 millions de mètres cubes. Notre source précise en outre que pour les autres, leurs études sont en cours ou en voie de lancement. Mais encore faut-il trouver des sites ayant des capacités de stockage élevées pour les autres.

Peu importe, les axes stratégiques concernant le développement du secteur seront maintenus lors du prochain plan, promet le ministre. «Nous nous attellerons davantage à optimiser nos investissements et à améliorer la qualité du service public dans la distribution de l’eau», a-t-il insisté. Les prévisions du secteur à l’horizon 2030 sont de 139 barrages qui permettront de mobiliser environ 12 milliards de mètres cubes d’eau. M. Necib a mis en exergue l’ampleur des investissements réalisés par les pouvoirs publics à travers les grands barrages et les ouvrages de transfert pour réguler les écarts de pluviométrie d’une région à l’autre. Il cite à ce titre le cas du barrage de Koudiat Acerdoune qui permet de «sécuriser l’approvisionnement» de plusieurs wilayas du centre du pays et le grand barrage de Beni Haroun qui doit alimenter les wilayas de l’Est (Batna, Khenchela, Souk Ahras). Deux transferts d’eau faisant partie du système Koudiat Acerdoune ont été mis en service la semaine dernière.

Le système hydraulique de Koudiat Acerdoune est un projet structurant majeur, destiné à l’alimentation en eau potable d’une population d’environ 1,5 million d’habitants dans les wilayas de Bouira, Tizi Ouzou, M’sila et Médéa, ainsi que le renforcement de l’irrigation du périmètre de la Mitidja-Est (Hamiz) sur une superficie de 18 000 ha et l’irrigation du futur périmètre du moyen Issers sur 1000 ha. Outre ce barrage, le ministre a mis en avant l’apport de l’ouvrage de transfert d’eau Mostaganem-Arzew-Oran (MAO) qui permet d’approvisionner près de 3 millions de personnes dans la région ouest du pays. Concernant le transfert d’eau In Salah-Tamanrasset, «cet ouvrage devrait donner un nouvel élan au développement du Grand-Sud avec la création de nouveaux centres de vie sur son itinéraire», a-t-il ajouté. 
 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!