Réactions | El Watan
toggle menu
dimanche, 28 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Réactions

17 octobre 2021 à 11 h 35 min

Mehdi Lallaoui. Président de Au Nom de la Mémoire : «Le président Macron a raté l’occasion de rétablir la vérité»

«Nous avons rencontré le président Macron, nous lui avons fait part de nos revendications. En lisant le communiqué de l’Elysée, on se rend compte que le grand pas qu’on nous promettait est un petit pas. L’essentiel n’est pas nommé.

Dans le communiqué, le préfet de police de Paris Maurice Papon est nommé, mais les autres responsables de ces assassinats ne sont pas désignés. On ne nomme pas la police parisienne, ni le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, ni le Premier ministre Michel Debré, ni le président de la République, le général de Gaulle, en quelque sorte complice de l’organisation de l’occultation de ce crime d’Etat. Soixante ans plus tard, on espérait avoir une parole forte. Des dizaines d’Algériens ont été assassinés et on ne sait pas qui sont les coupables de ce crime. Les historiens, les citoyens mobilisés pour la vérité et la justice savent, eux, depuis longtemps le rôle de l’appareil policier dans ce massacre au cœur de Paris, mais ils ne sont pas nommés officiellement. Soixante ans plus tard, personne n’est poursuivi.
La déclaration du président Macron est une grande occasion ratée de rétablir la vérité.

Nous allons continuer à nous battre, demain nous serons des milliers de manifestants dans les rues de Paris pour exiger toute la vérité. »

 

Olivier Le cour Grandmaison. Universitaire, écrivain et membre du Collectif 17 Octobre 1961  : «Les tergiversations du président Macron sont inacceptables»

«Emmanuel Macron emploie le terme de crime, ce qui est nouveau, mais il impute ce crime à Maurice Papon pour mieux esquiver la responsabilité de l’Etat français et occulter les responsabilités de l’ensemble du gouvernement et à sa tête le Premier ministre Michel Debré. Qui peut croire la fable macronienne selon laquelle M. Papon a agi à l’insu de ses supérieurs ? Le crime demeure véritablement sans auteurs.

Sur la question des archives, Emmanuel Macron est resté muet ainsi que sur un lieu de mémoire des victimes du 17 Octobre 1961.
Les tergiversations inacceptables du président Macron sont très en deça des revendications du Collectif et de toutes celles et ceux qui depuis plus de 30 ans réclament une reconnaissance claire, précise et circonstanciée.»

 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!