Rapatriement des ressortissants français bloqués en Algérie : Des scènes sidérantes à l’aéroport Houari Boumediène | El Watan
toggle menu
vendredi, 19 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Rapatriement des ressortissants français bloqués en Algérie : Des scènes sidérantes à l’aéroport Houari Boumediène

21 avril 2020 à 7 h 09 min

Compte tenu du nombre important des ressortissants bloqués en Algérie et souhaitant rentrer en Hexagone, la situation a viré à la crise. A l’aéroport d’Alger en tout cas, le spectacle est humiliant pour ces citoyens et ces familles qui vivent le calvaire loin de chez eux.

Samedi 15 avril. Des centaines de voyageurs sont au coude-à-coude derrière des barrières policières, et tendent désespérément l’oreille pour saisir un hypothétique appel de leur nom par le chef d’escale d’Air France.

La nouvelle aérogare de l’aéroport Houari Boumediène est déserte depuis la fermeture de l’espace aérien pour cause de Covid-19. Seuls des vols de rapatriement sont autorisés. Et aujourd’hui, la compagnie française a affrété un avion pour récupérer ses ressortissants. Mais seulement 200 passagers environ auront la chance d’embarquer. Ce n’est pas le premier vol ni le dernier. Cependant, compte tenu du nombre important de ressortissants bloqués en Algérie et souhaitant rentrer en Hexagone, la situation a viré à la crise.

A l’aéroport en tout cas, le spectacle est humiliant pour ces citoyens et ces familles qui vivent le calvaire loin de leurs chez-soi. Sans compter le risque aggravé d’une contamination au virus corona dans la promiscuité imposée dans ces circonstances.

Le couvre-feu instauré entre 15h et 7h à Alger rend la situation insupportable pour nombre de ces citoyens, comme Hakim qui vient de Sidi Bel Abbès et qui a dû passer la nuit à l’aéroport pour être à l’heure le matin. Le vol est prévu à 13h, mais certains candidats au voyage affluent dès 8h. Ils sont interdits d’accès au terminal.

L’appel se fait sous l’arcade d’entrée, côté ville. Une arcade située à deux niveaux du sol et les  personnes âgées, surtout, font de la peine à voir monter leurs bagages à défaut d’escalator, mis hors service. Il faut se débrouiller aussi pour venir à l’aéroport ou le quitter, les transports étant suspendus à cause du confinement. Une fois l’avion rempli, les centaines de candidats au voyage «recalés» se défoulent sur le gouvernement français, tenu responsable de leur calvaire.

Dubitative, une dame, infirmière dans un hôpital en Ile-de-France, est frustrée de n’avoir pu embarquer, malgré sa demande insistante pour être rapatriée en priorité. D’autres crient au favoritisme. «Nous sommes traités comme des citoyens de seconde zone. Les autorités ont rapatrié les Français de souche en premier, et nous, les binationaux, nous sommes le dernier de leurs soucis», s’insurge un quadragénaire. Et d’ajouter : «Nous payons pourtant nos impôts en France !»

Des cas dramatiques

Ce flux est composé essentiellement de bi-nationaux et de détenteurs de titre de séjour. Ils sont inscrits auprès des services consulaires de l’ambassade de France en Algérie, mais pour ce vol, ils n’ont pas reçu la convocation, le fameux sésame pour être «délivrés».

Car pour ces gens, leur vie est en France, ils y travaillent, ils ont leur famille, leur maison ; et beaucoup rencontrent des complications dans leur emploi, comme Nedjma B., une architecte venue enterrer son père le 15 mars, et qui n’a pu rentrer suite à la suspension des vols d’Air Algérie, et à qui son employeur a refusé le télétravail en la mettant de fait en congé. Ces drames se comptent par centaines et se racontent sur une page Facebook nommée «Binationaux bloqués en Algérie» et créée à l’occasion par des concernés.

On y échange des informations, on s’organise, on se plaint, notamment ces personnes malades et privées de leurs médicaments «introuvables en Algérie». Parmi les informations échangées, on estime à 2000 le nombre de ressortissants toujours en attente de rapatriement. Les autorités françaises, submergées par le nombre de ressortissants bloqués dans le monde entier, ont dirigé les demandeurs vers une plateforme numérique nommée Ariane pour s’inscrire et attendre une convocation pour embarquer. Air France de son côté a diffusé des numéros de téléphone pour inscrire les candidats au retour.

Mais dans le désarroi, beaucoup parmi les demandeurs en Algérie critiquent «la nonchalance» des autorités et se posent des questions : «Pourquoi personne ne me répond au consulat ? Pourquoi la France n’envoie pas plus d’avions ? Pourquoi la France nous abandonne ?» Mais point de réponse de la part de la représentation française en Algérie.

«Nous comprenons les inquiétudes de nombreux Français qui souhaitent regagner rapidement le territoire national. Nous les invitons au calme et à la patience et les assurons de notre soutien constant.

Encore une fois, dans le contexte de la pandémie, nous invitons tous ceux qui n’ont pas de raison impérieuse de rentrer en France à éviter autant que possible les déplacements internationaux, même pour revenir sur le territoire national», nous dit Philippe Regis, conseiller de presse de l’ambassade de France en Algérie. Des réponses qui pourraient manquer de rassurer tout le monde, comme les détenteurs de titre de séjour, surtout ceux dont le titre arrive à expiration.

Le représentant de l’ambassade, questionné par El Watan, ajoute que les personnels de l’ambassade de France et de nos 3 consulats généraux restent mobilisés 7 jours sur 7. Et que «ces efforts ont permis depuis le 17 mars l’organisation par les compagnies aériennes, en particulier Air France, de 23 vols commerciaux spéciaux, au départ d’Alger et d’Oran qui ont permis à près de 4300 ressortissants français de passage en Algérie de regagner la France». La même source officielle ne nous a pas communiqué, cependant, le nombre des inscrits qui attendent leur tour pour rentrer en France.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!