Rapatriement des ressortissants algériens de Wuhan : Renforcement des mesures préventives en Algérie | El Watan
toggle menu
jeudi, 03 décembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Rapatriement des ressortissants algériens de Wuhan : Renforcement des mesures préventives en Algérie

03 février 2020 à 10 h 08 min

Face à la propagation mondiale du coronavirus, l’Algérie tient un discours rassurant, portant sur une batterie de mesures préventives afin d’endiguer le mal.

Dans une intervention médiatique sur la Chaîne 3, Djamel Fourar, directeur de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la santé, a détaillé le dispositif mis en place contre le coronavirus consistant en un renforcement du contrôle au niveau des aéroports et des ports, la mise en place des recommandations de l’OMS, ainsi qu’une batterie de mesures préventives lors du rapatriement des ressortissants algériens établis dans la zone à risque.

Un avion algérien a ainsi décollé tôt hier matin pour le rapatriement des 36 ressortissants algériens établis à Wuhan, foyer de l’épidémie. Il s’agit d’étudiants algériens résidant dans cette ville du centre de la Chine dans le cadre de la coopération universitaire entre les deux pays. L’avion, dont le décollage a été retardé faute d’autorisation de vol, devrait être de retour ce matin à Alger. Suivant les recommandations de l’Oms, les passagers, le personnel navigant et le personnel médical à bord seront mis en observation dès leur arrivée sur le sol algérien, pendant 14 jours, durée d’incubation du virus. Outre les Algériens, cet avion va transporter aussi les ressortissants libyens et tunisiens bloqués dans cette ville, en réponse à des demandes des autorités de ces deux pays, selon un communiqué de la présidence de la République.

Le fait est qu’une équipe médicale, composée de deux médecins spécialistes en maladies infectieuses et d’un agent paramédical, est également du voyage. Elle est chargée d’assurer la surveillance des passagers durant le trajet, avec des examens cliniques réguliers à bord. «Des dispositions ont été prises pour éviter tout contact avec d’autres personnes à l’arrivée des passagers, précise Djamel Fourar. Ils seront dotés de moyens de protection pour ne pas contaminer d’autres personnes.» Il est à souligner que ces ressortissants algériens ne sont pas porteurs du virus. «Ce sont des personnes saines mais qui doivent subir une mise en quarantaine obligatoire», précise le directeur de la prévention. Alors que l’Aps, citant des sources médicales, précise que les passagers seront accueillis au niveau de l’hôpital El Kettar, le directeur de la prévention affirme à la radio que «l’endroit d’accueil n’a pas encore été arrêté». «El Kettar est une solution secondaire. Le fait est que ces personnes ne sont pas atteintes du virus. Nous voulons les mettre dans un lieu convenable afin qu’elles puissent supporter la quarantaine de deux semaines», justifie-t-il.

Air Algérie devra néanmoins procéder à la désinfection de l’avion transportant les passagers, comme c’est la procédure, souligne Djamel Fourar, pour tous les avions au départ et à l’arrivée de chaque vol. Les contrôles ont également été renforcés sur les dessertes à risques : Pékin, Dubaï, les deux Lieux Saints de l’islam, Doha, Istanbul et Le Caire.

Selon le directeur de la prévention, l’Algérie a été parmi les premiers pays à avoir mis en place ce dispositif, dès les premiers cas de l’épidémie. «L’Algérie, dès l’apparition des premiers cas en Chine, a pris des mesures, en réunissant un comité d’experts qui a fait un point de situation et procédant à une évaluation des risques ainsi que la mise en place d’un dispositif qui consiste à mobiliser l’ensemble des professionnels de la santé, renforcer le dispositif de veille et d’alerte au niveau des points d’entrée internationaux (aéroport d’Alger, de Constantine et d’Oran) ainsi que tous les ports maritimes», explique l’intervenant. La réactivation du dispositif de contrôle, utilisé précédemment pour d’autres épidémies comme Ebola, est renforcée par des caméras thermiques et une campagne d’information sur la notion d’«un cas suspect» et la sensibilisation des voyageurs.

La question qui se pose est de savoir dans quelle mesure ces caméras thermiques peuvent être efficaces. «C’est un dispositif qui répond aux recommandations de l’OMS. Mais il faut savoir qu’aucun dispositif n’est efficace à 100%. La caméra thermique détecte les cas ayant une température élevée», répond Djamel Fourar qui précise qu’«aucun pays n’est épargné» par la pandémie.

Pour l’heure, aucun cas de coronavirus n’est à signaler dans notre pays. La rumeur selon laquelle il aurait eu un cas à l’hôpital de Beni Messous est infondée, selon le directeur de la prévention. «Les gens confondent entre la grippe saisonnière et le coronavirus tant il est vrai que les manifestations cliniques sont similaires», souligne Djamel Fourar, en précisant que la grippe saisonnière tue beaucoup plus que le coronavirus.

Le département de la prévention n’en est pas à son premier dispositif. «Nous avons vécu des alertes similaires (un virus du Moyen-Orient notamment) où le virus était transmis du dromadaire à l’homme. Cette fois-ci, les études sont en cours pour connaître l’origine du mal. La transmission de ce virus n’est pas encore comprise par les scientifiques, mais la mortalité est faible par rapport à d’autres épidémies que nous avons connues, notamment le Mers le Sras», explique encore Djamel Fourar.

Plus de 14 000 personnes ont été contaminées en Chine continentale par le Coronavirus où 304 malades sont morts, selon le dernier bilan officiel diffusé hier. Hors de Chine, plus de 150 cas ont été recensés dans une vingtaine de pays.

 

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!