PST : Rechidi appelle à l’union du camp «progressiste» | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

PST : Rechidi appelle à l’union du camp «progressiste»

25 avril 2021 à 11 h 01 min

Le secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs (PST), Mahmoud Rechidi, a appelé, hier à Alger, à l’union du camp «progressiste», alors que le régime s’apprête à organiser des législatives anticipées le 12 juin prochain, rejetées par l’opposition démocratique et par le hirak.

«Le PST œuvre à rassembler toutes les forces qui militent contre les choix libéraux et l’impérialisme. Il s’agit de la convergence démocratique antilibérale et anti-impérialiste. A tous ceux qui partagent ces positions, nous devons nous unir pour former un camp progressiste», a lancé le secrétaire général du parti, lors d’un discours prononcé à l’ouverture des travaux du congrès extraordinaire du PST, organisé au siège national du parti à Alger.

Mahmoud Rechidi a aussi plaidé en faveur de l’unité de l’action syndicale afin de bâtir une centrale syndicale «démocratique et indépendante», outre une convergence des luttes avec les mouvements féministe et estudiantin. Alors que le hirak refuse catégoriquement toute structuration, le SG du parti recommande une «auto-organisation à la base» du mouvement populaire.

«Certes, l’horizontalité pourrait attirer des gens qui veulent accaparer le mouvement, mais l’auto-organisation à la base est essentielle pour assurer la pérennité du mouvement populaire. Il faut un débat au sujet du projet politique alternatif au régime, qui exprime les aspirations du peuple algérien», a expliqué Rechidi.

Pour l’orateur, «ces efforts visent à imposer un rapport de force» avec le régime et pour l’avènement d’une «Assemblée constituante souveraine, qui représente les aspirations de la majorité des Algériens».

A ceux qui s’inquiètent d’une main basse des islamistes sur le hirak, le SG du parti s’est montré plutôt rassurant. «Aujourd’hui, les islamistes sont en perte de vitesse. Je pense qu’il n’y a pas de projet politique islamiste bien précis. Deux ans après le hirak, on ne les a pas vus dans des carrés avec des revendications précises, même s’il y a des épiphénomènes. Dans le monde, ils sont aussi lâchés par l’impérialisme. En Algérie, les djihadistes ont perdu la guerre militaire et certains partis islamistes, dont le MSP, font partie du pouvoir», a argué Mahmoud Rechidi dont la formation avait décidé de boycotter les prochaines législatives.

«Ceci, ils (islamistes, ndlr) peuvent investir la scène politique, si on ne bâtira pas une alternative démocratique», a-t-il mis en garde.

A noter que les délégués présents au congrès extraordinaire du PST ont procédé, après un débat interne, à l’élection des instances dirigeantes nationales. A la veille de son congrès, le parti avait dénoncé des «pressions juridiques et administratives» de la part du ministère de l’Intérieur.

Il était sommé de «mettre en œuvre les procédures organisationnelles statutaires afin de se conformer avec la législation en vigueur relative aux partis politiques», selon un communiqué du PST.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!