toggle menu
dimanche, 17 février, 2019
  • thumbnail of elwatan09072018

Proposition de report de l’élection d’avril 2019 : Le niet de l’alliance présidentielle

16 décembre 2018 à 10 h 45 min

L’idée du report de la prochaine présidentielle n’a visiblement pas convaincu… l’alliance présidentielle. Après un silence qui aura duré une semaine et une déclaration ambiguë sur «son ouverture à toutes les propositions», la coalition formée pour soutenir le programme du président Bouteflika oppose une fin de non-recevoir à cette demande. Lancée par le président du MSP, Abderrazak Makri, et soutenue par une initiative du président du parti TAJ, Amar Ghoul, la proposition est officiellement rejetée. C’est du moins ce que l’on peut déduire des déclarations des responsables de cette alliance.

Le premier parti qui s’oppose à l’idée est le RND d’Ahmed Ouyahia. Dans une interview accordée hier à El Watan, le chargé de communication de cette formation, Seddik Chihab, le dit clairement. «Nous n’avons pas adhéré à l’initiative présentée par cette formation politique (MSP, ndlr), et son initiative ne sera pas à l’ordre du jour de nos rencontres au sein de l’alliance», tranche-t-il. Pour le bras droit du patron du RND, «rien ne justifie le report de l’élection»… y compris l’état de santé du président de la République. «Au RND, nous ne voyons pas d’éléments qui imposeraient le report.

Un tel report sous-entend qu’il existe une situation exceptionnelle, ce qui n’est pas le cas», dit-il, insistant sur le respect du calendrier électoral. «Nous sommes tenus par des échéances, et ce qui fait le sérieux de l’Algérie est qu’elle a toujours respecté ses échéances, et c’est en respectant ses échéances qu’on arrive à construire des institutions pérennes», souligne-t-il.

L’éternel «parachèvement du programme de Bouteflika»

A partir de Sétif où il a présidé, hier, une rencontre de l’Association des anciens élus du FLN, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Beda, emboîte le pas à Seddik Chihab. Il appelle carrément à un 5e mandat du chef de l’Etat au nom de l’éternel «parachèvement du programme du président Bouteflika», entamé depuis 20 ans. «Notre association appelle à la continuité avec la présentation de la candidature du président Bouteflika pour un 5e mandat en vue de parachever la réalisation de son programme. Nous ne nous inscrivons pas dans les démarches de Amar Ghoul et de Makri», déclare-t-il.

Outre Seddik Chihab et Mahdjoub Bedda, le coordinateur de l’instance dirigeante du FLN, Mouad Bouchareb, donne, lui aussi, une réponse implicite à l’appel du MSP. «Les institutions de l’Etat ne seront pas ébranlées sous la présidence du chef de l’Etat. Nous sommes pour la continuité qui nécessite l’édification d’un front interne solide», explique-t-il, lors de son intervention, au nom de l’alliance présidentielle, à l’ouverture, hier à Alger, du 1er congrès du parti TAJ.

Il salue, au passage, l’initiative de Amar Ghoul qui vise, selon lui, à mettre en place un front interne fort sous l’égide du chef de l’Etat. Cette déclaration permet de comprendre davantage l’arrière-pensée du patron de TAJ qui veut finalement un large soutien au 5e mandat du président Bouteflika. C’est ce que confirme d’ailleurs Seddik Chihab. «A priori, la proposition de Amar Ghoul va dans le sens de ce que le président de la République a toujours voulu faire comprendre aux Algériens : la nécessité de construire un front interne, le plus large possible, unifié autour d’objectifs qu’il a toujours prônés, à savoir la construction d’une société solidaire et cohérente et une démocratie apaisée», précise-t-il.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!