Procès Tliba : La défense insiste sur la présence du général Tartag | El Watan
toggle menu
mercredi, 08 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Procès Tliba : La défense insiste sur la présence du général Tartag

16 novembre 2020 à 10 h 41 min

La convocation du général-major à la retraite Athmane Tartag – ex-coordinateur des services de sécurité auprès de la Présidence, actuellement en prison – au procès de Baha Eddine Tliba «s’impose».

C’est du moins ce qui ressort d’une déclaration exclusive à El Watan de Me Chemseddine Amrani, l’avocat de l’ex-député FLN de Annaba.

Mais pourquoi la justice ne veut pas convoquer un témoin clé dans l’affaire de cet ex-député qui a fait couler beaucoup d’encre ?

A cette question, le même avocat a répondu  : «Le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed avait mis en place une commission rogatoire. Il a même fait le déplacement au niveau de la direction de la sécurité interne pour voir si Baha Eddine Tliba a vraiment saisi ce service de sécurité sur cette affaire.»

Il ajoute que la réponse au magistrat a été : «Tliba avait bien saisi le général Athmane Tartag et traité personnellement avec lui de cette affaire.» La sécurité intérieure a suggéré en outre au juge d’auditionner le général Tartag, «ce que n’a pas fait le juge instructeur en première instance».

Me Chemseddine Amrani a fait savoir qu’en appel, il a «formulé une demande officielle au président de la chambre pénale pour le même motif».

«Mon client est le premier à avoir dénoncé ces pratiques illégales. Et il a payé pour son audace. Cela fait plus d’une année qu’il est en prison pour cette audace. D’ailleurs tous les noms dénoncés ont été recalés des listes des législatives 2017», ajoute-t-il.

Le 22 novembre se tiendra la deuxième audience de ce procès qui sera présidée par une nouvelle juge, nommée cette semaine par le ministère de la Justice.

«Pour une justice équitable, mon mandant insiste sur la présence du général-major Athmane Tartag qui doit être convoqué pour témoigner devant la présidente de la chambre pénale de la cour d’Alger. En 2017, Tartag qui dirigeait la sécurité intérieure avait reçu personnellement la dénonciation de mon client contre les deux fils de l’ancien secrétaire général du FLN Ould Abbès», a conclu Me Amrani.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!