Déclarations des officiels sur la participation au vote à l’étranger : Pourquoi le déni… ? | El Watan
toggle menu
mardi, 20 octobre, 2020
  • thumbnail of elw_30092020






Déclarations des officiels sur la participation au vote à l’étranger : Pourquoi le déni… ?

10 décembre 2019 à 10 h 14 min

Les déclarations de plusieurs officiels concernant la participation au vote de l’étranger, jugée «acceptable», et les manifestations pro-élection, qui seraient plus importantes que celles du hirak, ne vont sûrement pas rassurer les citoyens pour ce qui est de la fiabilité des chiffres qui seront annoncés vendredi prochain.

Le porte-parole de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Ali Draa, a déclaré, avant-hier, que la participation de la communauté algérienne à l’étranger à l’élection présidentielle, l’opération ayant débuté samedi, était «acceptable». Une affirmation qui contraste avec les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, prises notamment à l’intérieur de certains bureaux de vote. Même les chaînes de télévision nationales n’ont pas pu, jusque-là, avoir des plans où il y avait foule à l’entrée des consulats.

Le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, a tenu, pour sa part, à rendre hommage au «patriotisme» des votants algériens de l’étranger. «Les images marquantes et expressives de notre communauté à l’étranger, à qui nous adressons tous nos remerciements et exprimons toute notre reconnaissance pour le patriotisme dont elle a fait montre en s’acquittant, hier, de son devoir électoral, sont la meilleure preuve du lien affectif, profond et solide de nos ressortissants avec leur patrie en dépit de leur éloignement. Des images sincères qui constituent une réponse forte à tous les traîtres et les sceptiques quant à l’authenticité de ce peuple et son aptitude à surmonter les épreuves, quelles que soient les circonstances», a-t-il déclaré dimanche, à l’occasion de sa visite au siège du commandement des forces terrestres.

Celui-ci, prédit, d’ailleurs, une participation «massive» à cette élection. «Nous sommes pleinement convaincus que le peuple algérien, authentique et fier, dans toutes ses catégories, hommes, femmes, jeunes et étudiants, saura, comme à l’accoutumée, démontrer qu’il est à la hauteur de porter le legs des chouhada et s’engagera dans cette échéance nationale cruciale à travers une participation massive dans la prochaine présidentielle, en toute liberté et transparence, dans un climat empreint d’une profonde conscience de l’importance de l’événement et de son rôle dans la réalisation des espérances de millions de vaillants chouhada et des attentes des générations de l’indépendance», a-t-il dit à ce propos.

Quelques jours auparavant, le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, avait estimé que «les manifestants pro-élection étaient plus nombreux que ceux qui s’y opposent». Tout cela au moment où les médias lourds, la Télévision publique et la majorité des chaînes privées vont tous dans le même sens en évoquant un flux normal des électeurs vers les bureaux de vote à l’étranger, en s’attardant longuement sur les manifestations pro-élection, alors qu’aucun mot n’est soufflé sur le hirak, que ce soit pour ce qui est des marches des mardis et vendredis ou des rassemblements organisés, ces derniers jours, en début de soirée dans différentes villes du pays ou ceux improvisés devant les consulats à l’étranger depuis samedi dernier. Un déni de la réalité qui pourrait éventuellement augurer de l’annonce d’un taux de participation «élevé» ou du moins «acceptable» vendredi prochain, au lendemain de l’élection.

Occulter l’ampleur du rejet de ce processus électoral de cette façon, fait naître chez le citoyen le sentiment, ou la conviction, qu’il en sera de même avec les résultats du scrutin, en tout cas pour ce qui est du taux de participation. Parce qu’affirmer que «les manifestants pro-élection étaient plus nombreux que ceux qui s’y opposent» est loin de convaincre même ceux qui soutiennent la présidentielle. En tout cas, ces déclarations et le traitement qu’accordent les médias lourds aux événements ne font qu’accentuer davantage la «méfiance» qu’expriment beaucoup de citoyens envers le pouvoir en place et, par conséquent, l’élection de ce jeudi.

Madjid Ayache, président de l’Association des compétences algériennes (ACA) : «C’est un montage d’interviews que j’avais données en 2014 et 2017»

Le président de l’Association des compétences algériennes (ACA), établi en France, Madjid Ayache, a déclaré, avant-hier, dans un communiqué, qu’il n’avait accordé aucune interview à la Télévision algérienne en relation avec l’élection présidentielle en cours à l’étranger.

L’EPTV l’avait montré, en début de semaine, à l’intérieur du consulat de Lyon s’exprimant sur la préparation de l’opération de vote. Il avait été présenté en tant que responsable de l’ANIE. «Ayant pris connaissance de la vidéo diffusée sur les canaux de la Télévision algérienne, concernant l’élection présidentielle en cours, j’ai été très touché par l’écho qu’elle a suscité et la réaction de mes proches», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «Ce qui a été montré dans cette vidéo me concernant est faux : c’est un montage d’interviews que j’avais données en 2014 et 2017.»

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!