Plongée dans la chronologie macabre de la violence contre les femmes | El Watan
toggle menu
mercredi, 07 décembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Deux militantes féministes font le décompte des femmes assassinées

Plongée dans la chronologie macabre de la violence contre les femmes

08 octobre 2020 à 10 h 35 min

L’une des caractéristiques des féminicides en Algérie réside dans l’omerta qui entoure ces crimes. Les femmes victimes de violences sont généralement enterrées dans l’indiférence.

Nous avons perdu l’une des nôtres», c’est sous ce slogan que deux militantes féministes, Narimane Mouaci Bahi et Wiam Awres, recensent, depuis le début de l’année, le nombre de femmes victimes de la violence. Elles dressent ainsi patiemment le décompte régulier et macabre de toutes celles qui sont mortes sous les coups.

Depuis mardi, ce qui n’était qu’une page Facebbok, ayant réussi à donner de la visibilité au phénomène, est devenu un site ambitionnant de faire un travail de veille, de documenter et d’analyser l’acte féminicide.

Elles participent aussi à donner un visage, un nom et une histoire aux victimes, afin que leur mort ne soit pas vaine et qu’elle donne à réfléchir sur la situation des femmes en Algérie.

«Nous considérons, nous disent-elles, que le féminicide est une question qui doit être traitée à part entière. Nous avons décidé de créer un site qui sera dédié uniquement au recensement des féminicides et à leur analyse. Il nous permettra également de garder une traçabilité du recensement que nous effectuons, et de rendre accessible l’information à un large public, ainsi que de préserver la mémoire des victimes.»

Ce travail, selon Narimane et Wiam, est nécessaire afin de prendre la mesure de ce qu’endurent certaines femmes en Algérie : «Nous sommes dans l’obligation de recenser les féminicides et les diffuser pour que la société algérienne se rende compte de la gravité de la situation des femmes, soulignent-elles.

Il faut que les gens comprennent ce qui différencie un féminicide des autres types de meurtre. Nous allons entamer un travail d’analyse afin de connaître les mécanismes et le fonctionnement des féminicides en Algérie et toutes ces informations seront publiées sur le site feminicides-dz.com.»

Un travail d’autant plus important que l’une des caractéristiques des féminicides en Algérie réside dans l’omerta qui entoure ces crimes. Les femmes victimes de violence sont généralement enterrées dans l’indifférence.

Et le chiffre de 38 féminicides, auquel elles sont parvenues en se basant sur des informations médiatiques parfois fragmentaires, est bien en deçà de la réalité. «Ce chiffre représente les cas recensés après une recherche quotidienne dans les médias et sur les réseaux sociaux, expliquent-elles.

Le chiffre réel est bien plus élevé et doit être fourni par un dispositif institutionnel de recensement. Ce dispositif n’existe pas. Il n’en demeure pas moins que 38 femmes tuées c’est 38 citoyennes que nous avons perdues. Ce sont des femmes qui avaient des vies, des rêves, une famille et des enfants parfois.

Ce chiffre indique également 38 familles endeuillées, pour certaines traumatisées. Des enfants qui se retrouvent parfois sans mère et un père assassin.» Et de s’interroger : «Y a-t-il une prise en charge psychologique et économique de ces enfants, de ces familles ? Ou sont-ils livrés à eux-mêmes ? Derrière ce chiffre, il y a des assassins qui étaient des conjoints, ex-conjoints, pères, frères, fils, inconnus.

Sont-ils tous derrière les barreaux ? Qu’en est-il de leurs procès ?» Les deux jeunes femmes se disent convaincues que les féminicides et les violences faites aux femmes ne sont pas une affaire privée ou personnelle et ne concerne pas que la victime et le criminel, mais que ces cas devraient interpeller l’Etat, la justice ainsi que la société, qui doivent prendre leurs responsabilités.

Elles reviennent notamment sur l’assassinat de Chaïma – jeune fille de 19 ans violée et brûlée vive – symptomatique, d’après elles, d’une «répression systémique» contre les femmes, puisque ce cas particulier contient plusieurs paramètres. Elles retracent son parcours : «La jeune femme a subi un viol en 2016 alors qu’elle était mineure. Elle avait déposé plainte, mais elle n’a pas été protégée par les services. Elle a été déscolarisée à un très jeune âge.

Cela nous montre que Chaïma a subi différentes formes de violences avec peu de moyens pour s’en sortir, et un pouvoir qui se préoccupe peu de la protéger comme mineure et femme violentée. Et en 2020, le même criminel l’a violée de nouveau, et l’a assassinée.»

Ce qu’a subi Chaïma avant son assassinat n’est pas un cas isolé, disent-elles, «c’est le quotidien de beaucoup de femmes en Algérie qui subissent viols et violences dans le silence, et si elles parlent, elles n’obtiennent pas forcément justice et protection».

Plus que tout, Narimane Mouaci et Wiam Awrès, plongées dans la chronologie macabre de la violence contre les femmes, s’inquiètent de ce qu’elles appellent «la culture féminicide en Algérie». «Le criminel est déresponsabilisé, et toute la responsabilité est portée sur la victime, soupirent-elles.

Ce n’est pas une réaction propre à ce féminicide, mais ce sont bien des propos qui sont relayés à chaque viol et féminicide. L’habit des femmes ou leur mode de vie est souvent l’argument principal pour justifier un crime.

Or, ce crime ne doit pas être justifié, puisqu’il y a des criminels qui harcèlent, violent et assassinent des femmes qui sont communément conformes aux règles de la société, et même des enfants !» Les deux jeunes femmes disent aspirer à une Algérie qui soit basée sur la justice et non pas sur la vengeance et à un Etat qui abolirait les lois discriminatoires et qui œuvrerait à une bonne prise en charge des victimes de violences.

«Il est plus facile de couper des têtes, disent-elles (en référence à la demande d’application de la peine de mort) que de penser et travailler un projet de société plus égalitaire basé sur la raison et non sur des règles ancestrales qui relèguent toujours les femmes au rang de mineure.»


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!