toggle menu
vendredi, 20 juillet, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018
  • Alliance Assurances

Persistance des grosses chaleurs et BMS : Jours de calvaire dans le Sud

11 juillet 2018 à 4 h 01 min

La canicule, qui affecte ces derniers jours les régions du sud du pays, devrait persister dans 3 wilayas avec des pics dépassant localement les 48°C, a indiqué, hier, un bulletin météorologique spécial (BMS) de l’Office national de météorologie (ONM).

«Le sud de Tindouf, Adrar et le nord de Tamanrasset sont concernés par cette canicule, engendrée par la persistance de la vague de chaleur sur le Sahara central et le sud de la wilaya de Tindouf et dont la validité est en cours jusqu’à demain mercredi, à 21h (aujourd’hui, ndlr)», selon les prévisions attendues du BMS.

Cela dure depuis quelques jours, avec toutes les conséquences sur la situation dans des régions déjà vulnérables : demande en énergie importante et perturbations récurrentes de l’alimentation en eau et électricité, approvisionnement en denrées alimentaires retardé particulièrement dans les régions reculées, activité économique au ralenti dans les établissements publics et les sociétés…

Dans la wilaya de Ouargla, un bilan, repris par le quotidien Reporters, fait état de la mort de trois personnes, dont deux femmes, à cause des fortes chaleurs. La persistance de la canicule n’a pas été sans conséquences.

Touchée par ces fortes chaleurs, la wilaya de Béchar, dans le sud-ouest du pays, a connu, le 5 juillet dernier, de violentes manifestations. La population est sortie dans la rue pour dénoncer, entre autres, des perturbations de l’alimentation en eau qui durent parfois plus de 5 jours dans certains regroupements urbains.

Les autorités locales bousculées par la violence des affrontements ont promis d’engager des travaux de réhabilitation des systèmes de pompage des eaux des forages et du barrage de Djorf Torba, afin d’améliorer la distribution de l’eau à la population de Béchar.

Pas de plan canicule

Le wali a annoncé la réalisation de plusieurs forages dans la région de Oued Namous (nord de Béchar) pour le transfert sur une centaine de kilomètres des eaux de ces ouvrages. L’ANBT engagée dans ces opérations a annoncé, dans un document dont El Watan a obtenu une copie, l’allocation par le gouvernement d’une enveloppe financière de 9 milliards de dinars afin de sécuriser l’alimentation dans cette wilaya touchée par la sécheresse qui «s’est traduite par une insuffisance accrue des apports au niveau du barrage qui est actuellement à son plus bas niveau», précise l’agence sous tutelle du ministère des Ressources en eau.

La situation dans les autres régions du Sud n’est guère reluisante. Les populations réclament une prise en charge spécifique de leurs préoccupations : exigence de l’arrêt du paiement des factures d’électricité, la modulation des horaires de travail et la concrétisation des projets promis dans les secteurs de l’eau et de l’énergie par les sociétés publiques (ADE, Sonelgaz, etc.).

Le plan canicule que réclame à cor et à cri la société civile dans région n’a pas été déclaré à ce jour. A la place, des communiqués des services du ministère de la Santé et de la Protection civile ont «rappelé aux citoyens, notamment les populations vulnérables, à prendre les précautions nécessaires pour se protéger des effets des fortes chaleurs». Sans plus.

Lire aussi

loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!