Pénurie de farine destinée aux boulangeries : Fausse rumeur et vrais problèmes | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Pénurie de farine destinée aux boulangeries : Fausse rumeur et vrais problèmes

14 octobre 2018 à 1 h 05 min

Plusieurs boulangers à travers le pays se plaignent, depuis quelques semaines, d’une pénurie de farine destinée à la panification. A l’Est comme à l’Ouest ou encore dans certaines régions du Sud, telles que Ghardaïa, cet ingrédient de base de la production de la baguette de pain serait, à les entendre, introuvable. Entre les réclamations des artisans boulangers et les assurances du ministère du Commerce, une question se pose : y a-t-il une quantité suffisante de farine pour la panification sur le marché ?

Pour les boulangers, il y a un grand problème d’approvisionnement. Suite à ces perturbations qui peuvent durer plusieurs jours, l’impact sur la production du pain est systématique. S’ajoutant aussi le problème de la marge bénéficiaire, tout cela a provoqué la fermeture de plusieurs boulangeries à travers le territoire national. D’après les dernières statistiques, leur nombre s’élève à plus de 2500 boulangeries fermées depuis janvier 2017.

Pour El Hadj Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et artisans algériens (Ancaa), il n’y a pas de crise de farine, mais plutôt un détournement de cette matière vers d’autres branches. «Certains minotiers cherchant des marges bénéficiaires assez larges préfèrent céder le blé, qui leur est octroyé par l’OAIC (Office algérien interprofessionnel des céréales), aux éleveurs comme aliment de bétail. Le quintal de blé qui leur est cédé à 1290 DA est revendu en l’état aux éleveurs à 2000 DA, soit un bénéfice net de 800 DA sans effort.

Ce qui impacte directement sur les quotas octroyés aux clients de ces minoteries qui sont les boulangers», dénonce-t-il. Le président de l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce), qui confirme ces informations, revient sur le rôle des agents du ministère du Commerce et ceux de l’OAIC dans le contrôle et la sanction de ces minoteries.

«Le détournement, une triste réalité»

«Nos agents de contrôle sont à pied d’œuvre en collaboration avec ceux de l’OAIC pour mettre à bas toutes ces pratiques frauduleuses. Le détournement est une triste réalité dans les filières céréales et poudre de lait. C’est la raison pour laquelle nous avons accentué notre travail dans ce sens et avons instruit les différentes autorités locales dans les 48 wilayas de geler toutes les demandes d’investissement dans ces deux filières. Nous disposons d’assez de laiteries et de minoteries pour subvenir aux besoins du marché.

Le nombre de ces dernières s’élève à 421 minoteries, dont 28 sont publiques», déclare Ahmed Mokrani, sous-directeur du suivi de l’approvisionnement du marché au ministère du Commerce. S’il ne nie pas la présence de toutes ces pratiques frauduleuses et les détournements de ces matières premières, M. Mokrani dément une quelconque pénurie de farine sur le marché, sauf pour Ghardaïa. «Dans cette région, il y a eu un problème de livraison. L’intervenant avec lequel nous avons une convention a eu des soucis d’acheminement. Avec le groupe Agrodiv, auquel nous avons fait appel, le problème a vite été réglé, en attendant de prendre les mesures nécessaires avec le responsable de l’approvisionnement. Sinon pour les autres régions, aucune pénurie n’est déplorée.

Nous avons un système de veille et de détection de tout problème d’approvisionnement du marché. Grâce à nos agents déployés dans les 48 wilayas, nous pouvons agir en temps réel avant toute perturbation et y remédier avant même qu’elle ne devienne pénurie», explique notre interlocuteur qui s’appuie également sur le niet catégorique quant à une pénurie de farine pour panification, formulé par Youcef Kalafat, président de la Fédération nationale des boulangers (FNB).

Il annonce, par contre, l’avancée «positive» du dossier de la révision de la marge bénéficiaire des boulangers. La décision concernant ce dossier relève aujourd’hui des prérogatives du conseil du gouvernement, nous précise-t-on.

 

Clés :

17 000 boulangeries en activité
2500 boulangeries fermées depuis janvier 2017
421 minoteries, dont 28 publiques, sur le territoire national
1290 DA le quintal de blé revendu en l’état à 2000 DA comme aliment de bétail



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!