Oran : La marche bloquée à la place du 1er Novembre | El Watan
toggle menu
vendredi, 28 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Oran : La marche bloquée à la place du 1er Novembre

24 avril 2021 à 10 h 51 min

Hier, contrairement aux vendredis précédents, les hirakistes d’Oran n’ont pas réussi à battre le pavé dans les rues du centre-ville, un dispositif policier impressionnant les ayant encerclés au sein de la place du 1er Novembre, qui se veut être le point de départ habituel de la marche.

Ils étaient donc entre deux cents à trois cents manifestants à avoir été confinés à l’intérieur de cette principale place de la ville d’Oran, entourés qu’ils étaient par un cordon policier impressionnant, portant casques, masques et matraques, et quadrillés par plusieurs fourgons bleus qui obstruaient tout passage menant vers le centre-ville.

Pour certains des hirakistes, avec lesquels nous nous sommes entretenus, le quadrillage de la place du 1er Novembre est motivé par le fait qu’il n’y a pas, généralement, «grand monde» au début de la marche, l’affluence ne se mettant en place qu’au fur et à mesure que la procession avance et gagne la rue Larbi Ben M’hidi, la place des Victoires, puis Miramar (une manière, donc, de tuer le hirak dans l’œuf en lui faisant faire du surplace).

Pour d’autres, il s’agit là ni plus ni moins que d’un tour de vis supplémentaire des pouvoirs publics à l’encontre du hirak, et ce, a fortiori que l’échéance électorale du 12 juin approche. L’encerclement de la place du 1er Novembre, hier, n’a cependant pas empêché les manifestants de scander leurs slogans habituels, en mettant l’accent sur la répression et les atteintes à leurs libertés. Il faut savoir que depuis la reprise du hirak, le 22 février dernier, les manifestants d’Oran n’ont pas eu loisir, comme ce fut le cas jadis, de battre le pavé jusqu’au siège de la wilaya, et de faire le chemin inverse, un cordon policier les bloquant systématiquement à l’angle entre la trémie du lycée Lotfi et le début de l’axe routier menant au siège de la direction de l’éducation (l’académie).

A l’heure où cet article est mis sous presse, les manifestants sont toujours bloqués à la place du 1er Novembre, et s’il n’y a pas eu une confrontation frontale avec les forces de l’ordre, des hirakistes ont signalé l’interpellation d’au moins quatre des leurs.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!