Œuvres sociales : Des syndicats évoquent l’«opacité» du bilan | El Watan
toggle menu
jeudi, 21 mars, 2019
  • thumbnail of elwatan20190321

Œuvres sociales : Des syndicats évoquent l’«opacité» du bilan

16 octobre 2018 à 0 h 06 min

Après une grande pression, la commission nationale des œuvres sociales du secteur de l’éducation a présenté, hier, devant les syndicats, son bilan d’activités de son mandat de 3 ans.

«Opaque, «sans précisions» et «tardif» sont les premières appréciations des syndicats dont certains ont boudé cette rencontre et d’autres l’ont quittée avant qu’elle ne commence, manière de témoigner leur refus de cautionner un pareil bilan.

Dans le document remis aux syndicalistes, les dépenses des œuvres sociales durant ces 3 dernières années s’élèvent à plus de 36 milliards de dinars. Un chiffre «effarant», selon les syndicalistes. «Prenant en considération que tout bilan comptable est arrêté le 31 décembre et que cette commission a signé son PV d’installation le 21 septembre, il est juste incompréhensible qu’ils aient pu dépenser 14,5 milliards de dinars en 3 mois pour l’exercice 2015. Tout le document est juste louche», s’étonne Boualem Amoura, président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), qui a d’ailleurs quitté la salle de réunion et a refusé de signer la fiche de présence. Il en est de même pour Meziane Meriane, président du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest), qui a adopté la même réaction. Les syndicalistes reprochent au bilan de cette commission plusieurs points. Le premier est l’absence de précisions dans le document en entier mais surtout les chapitres des dépenses. «Que veulent-ils dire par ‘autres dépenses’ ? Quels investissements cette commission était censée engager pour dépenser 308 millions de dinars en 3 ans ? Même les dépenses liées à la gestion ne sont pas précisées», ajoute M. Amoura, qui maintient sa position de rejet de toute prolongation de mandat pour cette actuelle commission.

Pour Meziane Meriane, l’opacité est à son comble dans ce bilan. Pour lui, ce bilan devait être annuel et non triennal et devrait être présenté devant les travailleurs et non devant les cadres du ministère ou les représentants des syndicats. Concernant les dépenses, il n’y a rien qui précise qui a réellement bénéficié de tout cet argent, qu’il a qualifié de budget d’Etat. Il argumente ses propos par la présence de personnes étrangères au secteur qui ont bénéficié de voyages et de omra grâce à l’argent dû aux travailleurs. Il insiste sur le gel partiel des activités de cette commission, essentiellement tout ce qui est relatif aux voyages de tourisme et religieux.

Le secrétaire national du Conseil des enseignants des lycées d’Algérie (CEla), Idir Achour, est plutôt pour le gel pur et simple de l’activité de cette commission en attendant le référendum programmé pour mai prochain. Son syndicat refuse la gestion centralisée qui empêche les syndicats de s’informer sur les bénéficiaires de ses primes et du mode des dépenses. Le CELA manifestera sa position par une grève nationale mardi prochain.

De son côté, Messaoud Boudiba, porte-parole du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire (Cnapeste), a fait savoir que sa formation a toujours contesté l’organisation de voyages à l’étranger sur le budget des œuvres sociales. N’étant pas contre l’idée de privilégier la destination Algérie, il dit préférer orienter ces sommes importantes vers le volet sanitaire et, pourquoi pas, pour avoir une structure hospitalière spécialement dédiée au secteur. Il explique la non-présentation de ce bilan devant les travailleurs par l’absence de mécanismes juridiques permettant l’organisation d’une assemblée générale.

C’est la raison pour laquelle, selon lui, il a été choisi de le faire devant les syndicats qui sont justement les représentants des fonctionnaires de l’éducation. Il propose à la fin la création d’un conseil national de contrôle composé de ces syndicats afin de garantir la transparence dans la gestion du budget des œuvres sociales.

D’après des sources, les autres syndicats, présents lors de cette réunion, ont appelé au report de la discussion de ce bilan à une date ultérieure, le temps de l’éplucher. En effet, ce sera le cas. Une réunion est prévue pour la semaine prochaine.

Ce bilan, avec tout ce qu’il comporte comme lacunes, est également remis à l’Inspection générale des finances, qui est l’unique institution capable de juger et d’enquêter sur la gestion de cette commission des œuvres sociales. Une chose est sûre, ce dossier est loin d’être clos.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!