Noureddine Benissad. Président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme : «Nous ne sommes pas en guerre, les institutions du pays doivent respecter la loi» | El Watan
toggle menu
mardi, 30 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Noureddine Benissad. Président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme : «Nous ne sommes pas en guerre, les institutions du pays doivent respecter la loi»

16 mai 2021 à 10 h 55 min

«Tant que les marches sont pacifiques, l’Etat ne peut les empêcher ou recourir aux brutalités policières», déclare Me Noureddine Benissad, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH).

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il revient sur les brutalités policières de vendredi dernier en disant : «Un ordre a été donné par la plus haute hiérarchie pour interdire avec violence la marche de vendredi à travers de nombreuses villes du pays. Nous ne sommes pas en guerre. Toutes les institutions du pays doivent respecter la loi.»

  • La 117e marche-manifestation populaire a été empêchée par les services de police dans plusieurs villes du pays, à coups de violentes interpellations et arrestations. Comment expliquer cette réaction brutale vis-à-vis de la contestation populaire ?

La réaction brutale est disproportionnée par rapport aux manifestations pacifiques. Pourquoi recourir à autant de violence ? Les manifestants expriment leur opinion à leur manière et pacifiquement. Ils veulent à tout prix museler l’expression, qui est le corollaire de la contestation. Les forces de sécurité doivent obéir à la loi. Pas seulement elles. Tout le monde doit s’en tenir au respect de la loi.

  • Qu’est-ce qui explique cette gestion policière brutale de la contestation populaire ?

Pour moi, les autorités ont de tout temps recouru au tout sécuritaire. Elles n’ont jamais écouté les revendications populaires, encore moins concrétisé celles-ci ou amorcé un dialogue pour trouver une solution à la crise. Nous ne sommes jamais sortis du tout sécuritaire. Cela se fait par palier. Le régime joue sur le niveau de violence qui augmente ou baisse au gré des situations. Il continuera à gérer la contestation de manière sécuritaire alors que ses causes sont d’ordre politique, dont le règlement ne peut être que politique, faute de quoi, il ne fera que retarder l’échéance, la fin de la crise. Il réagit au coup par coup.

  • Ne risque-t-on pas d’aller vers des situations imprévisibles en tentant d’interdire toute forme de contestation populaire à coups d’arrestations et d’interpellations violentes des manifestants ?

Tout le monde sait que la violence ne peut appeler que la violence. L’opinion politique doit avoir son espace naturel. A force de fermer, le système pousse les citoyens à des situations extrêmes. Ce tour de vis ne concerne pas uniquement la rue, mais tous les espaces publics, aussi bien pour les citoyens lambda que pour les militants des partis politiques, ainsi que le champ médiatique. Tous les canaux d’expression sont fermés. Où voulez-vous que les gens s’expriment ? Ils ont ce besoin de s’exprimer pacifiquement et la Constitution leur garantit ce droit. A un moment donné, ils risquent de l’arracher par la force.

  • Pensez-vous qu’il y ait une volonté délibérée, en haut lieu, de pousser vers le pourrissement ou la violence ?

Il ne faut pas s’étonner d’un tel scénario. Tant que le système ne change pas, en ouvrant le champ médiatique et l’expression plurielle pacifique, le pire est à craindre. Mais nous constatons, chaque jour, que ce système ne veut pas de changement. Il n’est pas réformable de l’extérieur. En tout cas, nous ne voyons pas de signe de changement.

  • Comment le régime peut-il parler d’Algérie nouvelle alors que le pays reste toujours fermé à la pluralité, à l’expression et a recours aux méthodes répressives ?

L’Algérie réelle autre que l’Algérie nouvelle. La réalité n’a rien à avoir avec les discours officiels. Nous avons beau avoir la meilleure des Constitutions, si elle n’est pas appliquée sur le terrain, rien ne changera. Entre les textes, les discours et le vécu, il y a un monde. L’Algérie nouvelle n’existe que dans les déclarations. Pas plus.

  • Comment voyez-vous les jours à venir ?

Je veux bien être optimiste. Mais ce n’est pas le cas. Je suis pessimiste qui, d’après moi, «est un optimiste bien informé». Franchement, nous voulons tous un bon augure, mais l’amère réalité cinglante. Les Algériens s’attendaient à un saut qualitatif de liberté dans la diversité, où s’exercent les droits des journalistes, des partis politiques, des militants des droits de l’homme, etc. Mais la situation n’a pas changé. Bien plus grave. Nous constatons une régression inquiétante dans tous les domaines, particulièrement en matière de liberté.

  • Selon vous, le communiqué du ministère de l’Intérieur, annonçant la fin des marches, soumises désormais à des autorisations, n’était-il pas annonciateur de mesures répressives pour interdire les manifestations du vendredi ?

En tant que militant des droits de l’homme et activiste, je ne peux concevoir qu’une manifestation pacifique soit empêchée brutalement et violemment par les services de police. Les raisons, qui font sortir chaque vendredi des centaines de milliers de personnes dans la rue, sont purement politiques et leur traitement ne peut être que politique. L’espace public ne doit jamais être fermé aux citoyens qui veulent exprimer leur opinion. Tant que les marches sont pacifiques, l’Etat ne peut les empêcher ou recourir aux brutalités policières. Un ordre a été donné par la plus haute hiérarchie pour interdire avec violence la marche de vendredi dernier et à travers de nombreuses villes du pays. Nous ne sommes pas en guerre. Toutes les institutions du pays doivent respecter la loi. Nul n’est au-dessus. Tant qu’il n’y a pas de violence, la riposte doit être proportionnelle.

  • Comment expliquez-vous ce silence assourdissant des médias face à ces dérives ?

Nous sommes toujours dans le système autoritaire qui, dans sa nature, reste sourd à tout. Il ne réagit pas. C’est malheureux de dire que les institutions de l’Etat, censées veiller au respect des lois, empiètent sur celles-ci.

  • C’est quand même troublant que les violentes images de rafles dans les rues et ruelles de nombreuses villes soient passées sous silence par les médias lourds, aussi bien publics que privés ?

Tout à fait d’accord avec vous. Nous avons l’impression que nous ne sommes pas dans un Etat de droit. Ce n’est pas avec ces pratiques que nous pouvons construire un Etat démocratique. Les institutions de la République sont tenues de respecter l’Etat de droit. Je reste persuadé que le système reste fermé hermétiquement. Il l’a toujours été depuis l’indépendance. Il ne fonctionne pas de manière démocratique. Le respect des droits de l’homme dépend du degré de la démocratie et des libertés.

Entretien réalisé par  Salima Tlemçani


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!