«Nida 22», une initiative pour une concertation autonome intra-hirak | El Watan
toggle menu
lundi, 12 avril, 2021
  • thumbnail of elwatan06042021





Son lancement est prévu aujourd’hui à 21h

«Nida 22», une initiative pour une concertation autonome intra-hirak

22 octobre 2020 à 11 h 47 min

Une nouvelle initiative sera lancée, aujourd’hui (21h), via un live qui sera diffusé sur les réseaux sociaux, par des militants du hirak qui se sont regroupés au sein du collectif «Moubadarat 22-2» (initiative 22 février ndlr).

Appelée «Nida 22», celle-ci «est une initiative indépendante pour une concertation nationale autonome intra-hirak», indiquent ses initiateurs qui espèrent associer le maximum de personnes à leur démarche.

L’objectif premier étant de permettre une coordination entre les différents activistes du mouvement populaire dans l’optique de pouvoir concrétiser les revendications de ce dernier.

Mais ce qui est certain, c’est que ses promoteurs affirment d’ores et déjà que la démarche, «indépendante», précisent-ils, n’est en aucune manière liée au «pouvoir».

D’ailleurs, dans le «manifeste» de ce collectif, il est précisé que «le slogan Yatnahaw Gaâ exprime une volonté de rupture avec les institutions actuelles, dans leur composante, leur performance, leurs pratiques et leurs conséquences».

«Il exprime la détermination du peuple à refuser que le processus de changement soit confié au pouvoir en place, à refuser les pratiques pseudo-démocratiques, qui empruntent les techniques et les mécanismes pour les vider de leur contenu et les transformer en instrument de reproduction d’un système de pouvoir illégitime avec de nouvelles figures», ajoute-t-on encore.

Celui-ci appelle donc à un engagement «dans une mobilisation pacifique» pour consacrer entre autres «le droit des Algériennes et des Algériens à instaurer un nouveau contrat politique consacrant la volonté populaire» et «la pleine souveraineté du peuple dans le cadre d’un système civil, démocratique et civil, qui passe par une transition démocratique souple garantissant la continuité de l’Etat et le droit des citoyens de construire des institutions et de choisir librement ceux qui ont la charge des affaires publiques».

Le collectif milite également pour faire «respecter et garantir les droits de l’homme et du citoyen, les libertés individuelles et collectives, l’égalité entre les citoyennes et les citoyens dans le cadre d’un Etat de droit, garanti par un pouvoir judiciaire indépendant et la séparation et l’équilibre entre les pouvoirs», ainsi que «le droit à une information libre et honnête à travers la levée des pressions et des restrictions imposées aux médias publics et privés tout en garantissant le droit à l’accès et à la publication des informations» et «le droit des Algériens à s’organiser librement en partis politiques, syndicats et associations et à s’impliquer dans la gestion et le contrôle de la vie publique».

Il est question aussi de «la consécration de la liberté d’opinion, de la liberté d’expression, de la liberté de pensée et de la liberté de création, le respect de la diversité et du pluralisme» et de la nécessité de «combattre la corruption politique et économique sous toutes ses formes». Plusieurs militants ont déjà salué l’initiative qui, pour le rappeler, sera lancée aujourd’hui dans la soirée.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!