Naissance à Ouargla du Réseau d’agents de l’égalité des genres | El Watan
toggle menu
mercredi, 23 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan23102019





Naissance à Ouargla du Réseau d’agents de l’égalité des genres

31 mai 2019 à 9 h 25 min

L’université Kasdi Merbah de Ouargla a lancé, courant mai, la mission «genre» de son programme d’Appui formation-emploi-qualification (AFEQ). Initié dans le cadre de la coopération avec l’Union européenne, ce programme vise le renforcement du rôle des entreprises et des acteurs de l’emploi, de la formation professionnelle et universitaire afin de développer et mettre en œuvre des outils efficaces et adaptés au contexte du pays.

Ce programme inclut un atelier «pilotage» pour l’élaboration d’un guide pour la fonction «genre» dans les universités algériennes et d’un cahier des charges visant l’organisation du lancement d’un Prix de l’égalité des chances qui sera remis fin mars 2020. En parallèle, la session de formation a inclus le renforcement des capacités des agents chargés du volet (les 6 et 7 mai) ainsi qu’un second atelier de formation sur le travail préparatoire pour l’élaboration du guide de la fonction «genre» dans les universités et l’insertion professionnelle des jeunes filles diplômées (les 21 et 22 mai). Cette mission s’est soldée par l’élaboration du cahier des charges du Prix et la constitution du premier réseau d’agents de l’égalité des genres du sud du pays.

Groupe de travail

Le réseau est constitué d’universitaires et d’experts dans différents secteurs – environnement, emploi, médias… – ainsi que des élues et entrepreneures formées dans le domaine des concepts des droits humains et des droits des femmes, de l’égalité et de la non-discrimination, du genre et des stéréotypes ainsi qu’un module spécifique au cadre légal international, national et régional de l’égalité et des droits humains, outre l’historique des mouvements des droits des femmes en Algérie, en Egypte et en Iran, mais aussi l’élaboration d’un diagnostic de genre qui englobera les différentes violations des droits des femmes qui ne sont pas nécessairement directes ou personnelles (viols ou agressions) et qui peuvent justement se manifester sous la forme de discriminations sur le plan économique, dans les domaines de la santé, de la reproduction et de la sexualité, de la vie politique, de la religion ou de l’instruction. La formation a attiré l’attention sur l’importance de réfléchir aux façons dont les femmes et les hommes subissent des violations des droits humains dans leur société et comment les rapports de pouvoir affectent la jouissance de leurs droits. Le réseau ainsi constitué sera chargé d’effectuer un audit participatif de genre dans la wilaya de Ouargla et de partager les informations recueillies et les analyses faites aux partenaires, avec des recommandations pour inclure la dimension de genre dans les futurs programmes de développement. Les membres du réseau se sont donné comme objectif la fin de l’année 2021 pour présenter les résultats de l’audit ; ils visent en outre à favoriser la mise en œuvre d’une campagne médiatique de sensibilisation qui fait l’objet d’un concours ouvert aux étudiants de l’université Kasdi Merbah de Ouargla dont le lancement est prévu courant juin.

Impact

Des impressions très positives par rapport à la qualité et au contenu de la formation de la part de Bezzine Fatiha, directrice de l’environnement de la wilaya de Ouargla, qui parle d’un renforcement des connaissances en matière d’audit de genre avec en perspective, au-delà de l’égalité salariale et de travail, l’instauration d’égalité homme femme en Algérie. Pour le, docteur Mounira Sellami, professeur à l’université de Ouargla, l’apprentissage de nouveaux outils pratiques permettra d’approfondir les études effectuées en matière d’entrepreneuriat féminin en Algérie lancé à la faculté des sciences économiques. Ayant beaucoup travaillé sur la thématique de l’autonomisation de la femme dans les domaines de l’éducation et de l’emploi, Mme Sellami a notamment apprécié «le module comparatif de la situation de la femme dans plusieurs pays par rapport à l’Algérie». «Une formation qui a clarifié les concepts liés au genre, les modalités de réalisation d’un diagnostic pratique par rapport à la situation réelle du concept ‘genre’ dans la région de Ouargla, la mise en place d’un plan de mise en valeur au sein de l’université Kasdi Merbah, la constitution d’un réseau diversifié en termes de compétences et de profils est un plus», a pour sa part déclaré Saliha Hassan, directrice QHSE du groupe ENSP. Pour la juriste du groupe, Louisa Menouar, professeur de droit, «l’échange d’idées entre personnes d’horizons divers, mettre fin à la discrimination est un objectif à atteindre» sur le terrain, à commencer par l’université. En tant que représentant homme, Goudjil Mohamed, membre de la maison de l’entrepreneuriat de l’université de Ouargla, estime pour sa part que l’audit de genre permettra de clarifier le type de campagnes de sensibilisation à mettre en route dans les mois à venir et que le prix que se disputeront les étudiants aura pour effet de définir les contours d’une médiatisation efficace, qui attirera à coup sûr l’attention de la société locale sur les bienfaits d’une égalité des chances entre les genres et la nécessité d’oublier les stéréotypes qui entachent leurs relations, pour le bien de la communauté.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
  • Ahcene Lalmas, une légende