Mohamed Ouadjaout recevra ses partenaires sociaux mardi : L'avenir de l'année scolaire en débat | El Watan
toggle menu
mercredi, 28 septembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Mohamed Ouadjaout recevra ses partenaires sociaux mardi : L’avenir de l’année scolaire en débat

25 avril 2020 à 10 h 00 min

Quelle mesure prendre si un déconfinement est décrété ? Dans le cas contraire, comment organiser les examens de fin d’année et sauver l’année scolaire ? Ce sont les réponses à ces deux questions qui seront au cœur du débat lors de la rencontre du ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, avec des syndicats de l’éducation, prévue ce mardi à Alger.

En effet, sur invitation officielle, les syndicats de l’éducation discuteront de la situation actuelle du secteur en temps de pandémie de coronavirus, qui a mené au gel de l’année scolaire depuis mars dernier. «Cette réunion vient en retard, à la veille de la prise de décision du prolongement ou non du confinement ! Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, nous allons, pour le bien de notre secteur, participer pour faire nos propositions de sortie de crise et pour sauver l’année scolaire, qui est, pour le Satef, terminée.

Pour l’idée de la reprise, il faut se poser plusieurs questions avant de la décider. Avons-nous les moyens de reprendre l’école avec un manque de tests, de bavettes, d’eau et de produits d’entretien dans les établissements scolaires ? Vont-ils ouvrir les cantines scolaires ou non ? Vu le confinement partiel à Blida de 14h à 7h, les séances de l’après-midi seront-elles sacrifiées ? L’Algérie étant une et indivisible, nous devons assurer l’égalité des chances pour tous les élèves algériens et, dans les conditions actuelles, c’est impossible !» déclare Boualem Amoura, secrétaire général du Satef, qui se dit contre les décisions populistes.

Sur la même longueur d’ondes, Meziane Meriane, coordinateur national du Snapeste, estime que la reprise des cours dans ces conditions sanitaires est une aventure. Pour lui, c’est au ministre de la Santé de trancher par rapport à la situation sanitaire et la possibilité ou pas de revenir à la vie normale. «Entre-temps, le risque de contamination reste majeur», souligne notre interlocuteur, qui n’écarte pas une fin prématurée de l’année scolaire dans la majorité des pays arabes.

De son côté, Messaoud Boudiba, porte-parole du Cnapeste, considère que la reprise n’est pas une priorité aujourd’hui mais plutôt les examens de fin d’année et de passage. «Evoquer une éventuelle reprise ne correspond pas aux données sanitaires relatives à l’évolution de la pandémie de Covid-19 dans notre pays. Toutefois, une position claire quant aux examens de fin d’année et de passage ne fera qu’alléger la pression que vivent nos élèves», souligne notre interlocuteur, qui considère que le bagage scientifique acquis par les élèves durant les deux premiers trimestres est suffisant pour sauver l’année scolaire et leur permettre de passer au niveau supérieur.

Pour ce qui est des élèves de 5e année primaire et 4e année moyen, le secteur a des référents qui permettent d’utiliser l’évaluation continue comme base pour le passage. «Toutefois, il est indispensable pour le ministère de vérifier le niveau des élèves pour pouvoir adopter ou pas cette démarche. Pour ce qui est du baccalauréat, nous n’avons de référent que l’examen.

Donc, pour le Cnapeste, il doit être reporté à une date ultérieure en attendant que la situation sanitaire soit maîtrisée. Sinon, si nous devons faire passer l’examen à nos enfants, il est indispensable d’assurer le maximum de sécurité sanitaire aux candidats et aux enseignants, tel que mettre à leur disposition des bavettes et du gel hydroalcoolique, assurer la désinfection permanente des centres d’examen et surtout veiller sur la distanciation dans ces classes d’examen», ajoute M. Boudiba, qui propose un calendrier à mettre en place dès la prochaine rentrée scolaire afin de récupérer le retard accumulé à cause de cette situation sanitaire exceptionnelle.

Pour la participation à cette rencontre et prenant en considération les conditions de confinement, les membres de l’Intersyndicale de l’éducation se concertent afin de mettre en place une plateforme de propositions qu’un seul représentant de ces 5 syndicats présentera mardi prochain au ministre. Au moment où nous mettons sous presse, aucune décision n’a été prise dans ce sens.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!