Mobilisation populaire pour le départ du système : Radio Tizi Ouzou s’ouvre au débat | El Watan
toggle menu
lundi, 20 mai, 2019
  • thumbnail of 20190520

Mobilisation populaire pour le départ du système : Radio Tizi Ouzou s’ouvre au débat

17 mars 2019 à 9 h 30 min

La radio régionale de Tizi Ouzou a programmé, jeudi, une émission animée par Salem Kheloui sur le rôle de la presse et les réseaux sociaux dans la mobilisation populaire, qui s’est manifestée depuis le 22 février dernier, pour le départ du système.

Ainsi, durant les débats, Abderrezak Idir, docteur en psychologie et vice-recteur chargé de la post-graduation et de la recherche à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO), a expliqué que «les Algériens vivent dans une certaine souffrance psychologique, une certaine misère sociale. D’ailleurs, on entend souvent parler au sein de la société de l’injustice et de la corruption.

C’est tout cela qui s’est transformé en un cumul de plusieurs années. Aujourd’hui, on voit aussi que Facebook a réussi à fédérer les citoyens autour d’un mot d’ordre qui est la ”mobilisation”. C’est impressionnant. Il y a plusieurs facteurs déclenchants à cette révolte, comme le bilan du corps social qui n’a pas été fait par les décideurs pour voir, chaque année, l’indice de sentiment du consommateur pour mesurer le degré de pessimisme et d’optimisme chez le peuple. C’est pour cela que le degré de désespoir chez l’Algérien a atteint des proportions alarmantes.»

Pour sa part, Samir Leslous, journaliste au quotidien Liberté et président de l’Association des journalistes et correspondants de la wilaya de Tizi Ouzou, a estimé qu’il était prévisible qu’on assiste à cette mobilisation. «Les réseaux sociaux ne sont qu’un instrument entre les mains de la société. Aujourd’hui, le peuple vit dans une sphère et les décideurs dans une autre. Nous avons tous suivi la conférence de presse de Bedoui et Lamamra qui prouve à quel point les décideurs n’écoutent pas la société qui continue de sortir dans la rue pour dénoncer la violation de la Constitution et demander le départ du système, alors qu’eux (les décideurs) continuent d’annoncer des propositions dénuées de toute agenda et explications concrètes.

Depuis 1962, le pouvoir n’a jamais répondu aux préoccupations du peuple. Il y a aussi la solidarité entre les gens. Les citoyens sortent dans la rue avec beaucoup de joie», a-t-il fait remarquer.

De son côté, Hafid Azzouzi, journaliste à El Watan et enseignant intervenant à l’UMMTO, a ajouté que la déferlante populaire a un lien direct avec le cri de la jeunesse qui est délaissée. «C’est le ras-le-bol généralisé. Donc, quand on méprise une frange importante de la société, celle-ci se révolte tôt au tard. Pour ce qui est de l’appel anonyme lancé via les réseaux sociaux appelant les citoyens à sortir dans la rue, je pense que cet appel perd son anonymat du fait qu’il parvient à réunir un certain consensus au sein de la société puisqu’il est relayé ensuite par des personnes identifiées.

A ce moment-là, les familles se voient rassurées. Elles sortent dans la rue dans un climat de fraternité et de communion. La communication dans l’entourage immédiat est pour beaucoup dans cette mobilisation qui a brisé le mur de la peur, car c’est tout le peuple qui réclame le changement du système. Les réseaux sociaux ont donné un espace libre aux citoyens pour s’exprimer tout en évacuant aussi certains blocages psychologiques, comme la timidité», a-t-il précisé.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!