Importante marche hier à Constantine : Mobilisation contre les détracteurs du hirak | El Watan
toggle menu
samedi, 31 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





 Importante marche hier à Constantine : Mobilisation contre les détracteurs du hirak

01 mars 2020 à 10 h 08 min

Une démonstration manifeste pour prouver à tous les détracteurs du hirak que ce mouvement se porte bien, qu’il n’est pas infiltré par des forces occultes. «Ya Makri, ehchem, el hirak la howa dini ouala almani !» (Ô Makri, honte à vous, le hirak n’est ni laïc ni religieux).

Comme annoncé lors de la 54e marche du vendredi, les hirakistes à Constantine ont de nouveau battu le pavé, hier, en une stratégie d’escalade. Moins nombreux que lors du rendez-vous hebdomadaire, les manifestants, quelques centaines, étaient pour autant déterminés à revendiquer, encore une fois, leurs aspirations citoyennes.

Reprenant les slogans scandés habituellement, ils réitèrent la volonté populaire à «dégager» le pouvoir en place. Avant 10h, un premier carré de manifestants s’est formé au centre-ville avant de voir ses rangs grossir pour que la procession s’ébranle.

Une démonstration manifeste pour prouver à tous les détracteurs du hirak que ce dernier se porte bien, qu’il n’est pas infiltré par des forces occultes. «Ya Makri, ehchem, el hirak la howa dini ouala almani  (Ô Makri, honte à vous, le hirak n’est ni laïc ni religieux). Une réponse sans ambages au président du Mouvement social pour la paix (MSP).

La veille, Abderezak Makri a déclaré, à partir de cette même ville, que le hirak est infiltré par, notamment,  «le courant laïc extrémiste, les francs-maçons et l’Etat profond».

Le mouvement populaire, qui vient de boucler une année de lutte, refuse ces allégations. «Le hirak est un mouvement populaire sans couleur partisane. Il a fédéré tous les Algériens quelles que soient leurs convictions, car ils ont une cause commune à mener, celle du départ du régime et ses symboles.

Le mouvement a atteint un degré de maturité tel, qu’aucun bord ne peut le faire plier. Le hirak a fait le ‘‘ménage’’ pendant les premières marches de 2019 pour que justement il ne soit pas récupéré», commente Hocine, un irréductible.

Un autre message véhiculé lors de cette manifestation d’escalade pacifique, est celui de la poursuite de la contestation. «El hirak mostamer, wel mohim sa yestamer !» (Le hirak continue et le plus important c’est qu’il se poursuivra).

Pour certains, avec l’amorce de l’An II de cette dynamique citoyenne, la mobilisation est appelée à s’identifier sous d’autres formes, outre les marches hebdomadaires. Des questionnements soulevés lors des forums qui prolongent la manifestation du vendredi.

Les intervenants, hommes, femmes, universitaires, jeunes actifs ou chômeurs, étaient unanimes quant à la nécessité d’intensifier les actions protestataires devant la politique du fait accompli. Certains proposent l’intégration des autres mouvements sociaux pour resserrer les rangs.

D’autres s’y opposent en raison de la nature des revendications du hirak qui sont d’ordre politique et non socio-professionnel. Un débat qui n’a pas été tranché, mais il y avait consensus autour de l’idée d’intensifier la force de frappe de la Révolution du sourire. 

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!