MASCARA : Les militants du hirak décidés à poursuive leur combat pacifique | El Watan
toggle menu
mercredi, 17 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan17072019





  • Pub Alliance Assurance


MASCARA : Les militants du hirak décidés à poursuive leur combat pacifique

28 juin 2019 à 20 h 11 min

À Mascara, l’ex-parti de fakhamatoho (son Excellence) Abdelaziz Bouteflika, actuellement présidé par le baron de la friperie, Mohamed Djemai, continu de susciter la colère des militants du hirak chaque Vendredi que Dieu fasse. En ce 19e Vendredi de mobilisation, les nombreux citoyens qui ont sillonné les principales artères et rues de la ville de Mascara, étaient unanimes à scander : «FLN dégage», «Bedoui, Bensalah dégagez» et «Dawla madania machi askaria (État civil et nom militaire).»

En empruntant la rue du 1er novembre, les manifestants issus de différentes couches de la société n’ont pas oublié d’observer la rituelle halte devant le siège de l’ex-parti unique, le FLN en l’occurrence, pour scander : «FLN dégage» et «FLN hizb el-issaba (FLN est le parti de la bande).»

Pour de nombreux citoyens, l’ex-parti unique est la source de tous les maux qu’à connu le pays en général et Mascara en particulier. «Tant qu’il y a le FLN et ces organisations satellitaires, le pays ne sortira de l’impasse», nous dira Mohamed El Mokhtar.

Même les élus n’ont pas échappé à la vindicte populaire. Un jeune entrepreneur, Sofiane Fliti qui devrait comparaitre le 7 juillet prochain devant le juge du tribunal de Mascara pour une affaire de diffamation après la plainte déposée contre le président de l’APW, d’obédience FLN, n’a pas mâché ses maux envers les élus locaux. «Ils sont nombreux ces élus des APC, de l’APW, de l’APN et du Sénat qui n’ont rien fait pour la collectivité. Au lieu de servir les citoyens ils se sont servis. Ils ont bénéficié de terres agricoles et autres assiettes de terrains dans le cadre de projets d’investissement», a-t-il relaté.

Ce 19e vendredi de mobilisation a été marqué par la sortie de Djamel Belleg, un activiste démocrate interpellé mercredi dernier par des policiers pour avoir brandi le drapeau amazigh. Cette fois-ci, il a brandi un rameau d’olivier. «C’est le symbole de la paix et de la résistance», a-t-il dit.

Lors de la marche, l’un des insuffisants rénaux nous demande de faire passer son message. «Les insuffisants rénaux souffrent à Mascara. Il y a une insuffisance flagrante de disponibilité de sang. Même pas pu avoir la décision de renouvellement de notre association», nous dit-il.

L’ouverture des enquêtes judiciaires sur les dossiers de corruption et de détournement de denier public au niveau local demeure l’une des revendications principales des militants du hirak. «Certains responsables et élus ont profité de leurs qualités pour s’accaparer des biens publics et de bénéficiers de largesse», dira un autre hirakiste, Benfetta Madani.

En arrivant à proximité du jardin Tifariti, les manifestants ont scandé : «Win raki ya adala, el-fassad dayer hala (Où se trouve la justice, alors que la corruption bat son plein).» En conclusion, les militants du hirak à Mascara sont déterminés à poursuivre ce combat pacifique.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!