Marches de solidarité avec les détenus d’opinion : «Vous avez le tribunal de Sidi M’hamed, nous avons le tribunal de l’histoire» | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821
  • Pub Alliance Assurance





Marches de solidarité avec les détenus d’opinion : «Vous avez le tribunal de Sidi M’hamed, nous avons le tribunal de l’histoire»

09 juillet 2019 à 10 h 30 min

L’affaire des détenus d’opinion injustement mis sous mandat de dépôt continue à provoquer de nombreuses réactions d’indignation, suscitant aussi de formidables actions de solidarité au sein de la population. Ainsi, dans la matinée d’hier, à Ighzer Amokrane, dans la commune d’Ouzellaguen (wilaya de Béjaïa), une marche a été organisée à l’appel du Collectif des citoyens d’Awzellaguen (CCA).

Cette action a été initiée pour exiger «la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion, l’arrêt de toutes les procédures et les poursuites judiciaires engagées contre ces derniers» et pour «dénoncer la campagne de dénigrement à l’égard des symboles de la Révolution algérienne 1954-1962», souligne l’appel du CCA. Outre la marche, une grève générale devait être observée «de 8h à 12h».

Le CCA a exhorté cependant «les transporteurs de lignes, secteur de la santé et les pharmacies à assurer leurs services». Il convient de souligner que deux citoyens issus de la commune d’Ouzellaguen figurent parmi la quarantaine de détenus d’opinion actuellement incarcérés. Il s’agit de Khaled Oudihat dit Tahar, arrêté le 21 juin à Alger, et de Yazid Kasmi, «arrêté devant le commissariat central, à Alger, lors du 20e vendredi du 5 juillet 2019», précise le CCA dans une alerte donnée sur sa page Facebook. Yazid a été lui aussi «placé sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi M’hamed et transféré à la prison d’El Harrach», selon la même source.

«Y en a marre de ce pouvoir !»

L’itinéraire tracé pour la marche d’hier, à Ighzer Amokrane, partait du marché communal pour arriver au Carré des martyrs, dans l’enceinte municipale, son point de chute, où sont enterrées les victimes du Printemps noir. Sur des images diffusées par notre ami Hocine Boumedjane, responsable du CDDH (Centre de documentation sur les droits de l’homme) de Béjaïa et animateur du Comité de défense et de sauvegarde des libertés (CDSL) qui a participé à la marche, on pouvait voir des femmes et des hommes, des jeunes, des moins jeunes défiler sous un soleil de plomb pour exiger la libération des détenus.

Une large banderole déployée par les manifestants déclinait ce slogan incisif : «Ouzellaguen, commune du Congrès de la Soummam. Vous avez le tribunal de Sidi M’hamed, nous avons le tribunal de l’Histoire.» Sur ces mêmes images partagées sur Facebook, un jeune au premier rang brandit cette pancarte : «Libérez mon frère Yazid Kasmi.» On peut lire : «Libérez mon frère Tahar Oudihat», sur une autre pancarte.

D’après un live Facebook effectué par Hocine Boumedjane, on entend clairement les manifestants scander à l’unisson : «Y en a marre de ce pouvoir !», «Imazighen, anrrez wala neknou» (On se brise mais on ne s’agenouille pas), «Pouvoir assassin», «Pouvoir criminel», «Libérez les détenus», «Ulac smah ulac» (Pas de pardon). Les manifestants ont copieusement conspué le chef d’état-major de l’ANP aux cris de «Gaïd Salah dégage !»… Selon un compte-rendu du site Béjaïa News (www.bejaia06.com), la manif’ a été «rehaussée par la présence de Nadia Matoub».

Marches et rassemblements à Tizi Ouzou, Tigzirt et Alger

Ighzer Amokrane avait organisé, pour rappel, une première marche le 24 juin dernier, suite à la première vague d’arrestations, celle du 18e vendredi, le 21 juin, à Alger, et qui s’est soldée par l’interpellation et la mise sous mandat de dépôt de 18 manifestants pour port du drapeau amazigh. Dans la foulée, des marches de protestation, des sit-in et des rassemblements ont été observés dans plusieurs autres villes, à l’instar de Tigzirt, Aïn El Hammam, Naciria, Bouira, Haïzer… Aujourd’hui, mardi 9 juillet, une autre marche est annoncée à Tizi Ouzou à l’appel des élus RCD de l’APW de Tizi «pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de Samira Messouci et de tous des détenus d’opinion et l’arrêt des poursuites judiciaires» à leur encontre. Un sit-in est prévu devant le siège de la wilaya à partir de 10h et sera suivi d’une marche vers la cour de justice de Tizi Ouzou, selon l’appel des élus APW du RCD. Le mercredi, un rassemblement de solidarité avec les détenus sera organisé, cette fois, devant la cour d’Alger, à Ruisseau, à partir de 9h. Pour le jeudi 11 juillet, l’Ordre régional des avocats de Béjaïa annonce un boycott des activités judiciaires et une marche des robes noires à Alger.

Enfin, à retenir qu’une autre marche est programmée, ce jeudi, à Tigzirt, pour exiger la libération de l’un des fils de la région, Amar Acherfouche, arrêté le 5 juillet dernier, et de tous les prisonniers politiques. La procession démarrera de la place des Martyrs (cinéma Mizrana), à 10h30, et se déploiera jusqu’au tribunal de Tigzirt où un sit-in de protestation sera observé. L’appel diffusé pour cette action se termine par ces mots : «Aujourd’hui, c’est eux ; demain, c’est moi.» Soyons nombreux !


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!