Marche des algériens à Paris (France) : «Voleurs et menteurs et vous vous dites nationalistes» | El Watan
toggle menu
jeudi, 14 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Marche des algériens à Paris (France) : «Voleurs et menteurs et vous vous dites nationalistes»

04 mars 2019 à 11 h 20 min

Plusieurs milliers d’Algériens de France ont pris part, hier dimanche, au troisième rassemblement contre le 5e mandat de Bouteflika, qui s’est déroulé à la place de la République à Paris.

Prévue à midi, les manifestants ont commencé à converger vers ladite place vers les coups de 11h. Munis de drapeaux algériens, grands et petits, ils sont venus tous dire «Non au pouvoir de Bouteflika», «Non au régime algérien assassin et voleur» et «oui pour une Algérie démocratique qui sera gouvernée par un président jeune». Une ambiance festive et démocratique a régné tout au long de la durée de la manifestation avec une présence massive de femmes et d’enfants.

Les participants ont lancé, pendant plus de quatre heures, des slogans hostiles au pouvoir algérien qualifié par la foule comme étant le «plus bête pouvoir au monde».

De nombreux sans-papiers ont pris part à ce rassemblement. Ils ont scandé des chansons écrites par des supporters des clubs algériens, allant même jusqu’à allumer des fumigènes au niveau de la statue de la République. Nadjib, la cinquantaine bien entamée, a tiré à boulets rouges sur le président Bouteflika.

S’adressant directement à lui, il lui dit : «Monsieur Bouteflika, en 1999 vous êtes rentré par la grande porte au pays. Le peuple vous a accepté, même si vous traînez un passé sulfureux, mais cette fois-ci, vous n’allez pas sortir par la porte mais par la petite fenêtre». Un autre manifestant crie : «Le peuple veut la chute du régime. L’Algérie est une République.

Elle n’est pas un royaume ni la propriété des Bouteflika», pressant le régime de «quitter le pouvoir car le peuple ne veut ni de Bouteflika ni de son frère Saïd».

Puis un autre groupe, visiblement des sans-papiers, entonne des chants qu’on entend dans les stades avec tambourins et percussions : «Vous êtes des voleurs et des menteurs et vous nous dites que vous êtes des nationalistes». Puis, ce sont des chants révolutionnaires qui ont pris le relais avant que les organisateurs ne diffusent des chansons de Matoub Lounès et des musiques révolutionnaires.

«C’est un jour historique pour moi. Je pleure de joie de voir tous ces Algériens rassemblés ici après vingt ans de règne omnipotent de Bouteflika, a expliqué Malika, une étudiante en management à Paris. Nous devons chasser ce pouvoir de la honte qui nous a déshonorés dans le monde entier. Nous voulons vivre libres et fiers de notre histoire et de notre culture.»

Puis, c’est un autre étudiant qui prend la parole : «Nous ne sommes pas là uniquement pour dire non au 5e mandat. Mais pour dire que tout le régime algérien doit partir. Ce dernier a sali l’Algérie depuis 1965 et obligé des jeunes algériens à fuir le pays via des bateaux de la mort. Nous, nous ne voulons pas d’eux, ni de leur 5e mandat ni des généraux. Moi je suis un étudiant, je veux jouir des droits que j’ai ici, mais dans mon propre pays.»

Par ailleurs, de nombreux artistes ont pris part à cette manifestation. Notamment Souad Massi qui a interprété une chanson intitulée Ahmed dans laquelle elle brocarde l’actuel Premier ministre. «Je suis fière d’être là en ce jour de dignité. Et je profite de répondre à celui qui nous a dit de rêver. Je lui dis non seulement on va rêver, mais on réalisera nos rêves». Applaudissements nourris. Lounis Aït Menguellet et Mohamed Allaoua étaient également avec le «peuple» algérien qui a manifesté.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!