Maltraitance d’enfants trisomiques et autistes : Des révélations choquantes | El Watan
toggle menu
lundi, 29 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Maltraitance d’enfants trisomiques et autistes : Des révélations choquantes

23 décembre 2019 à 10 h 08 min

Dans la nuit de vendredi, les éléments de la police judiciaire (PJ) ont pu soustraire une trentaine d’enfants, des autistes et trisomiques, des mains d’une association présumée spécialisée dans la prise en charge des catégories vulnérables, dont celle des enfants, de surcroît souffrant de pathologies.

Comment une association dépourvue d’agrément a pu duper de nombreuses personnes, ainsi que les autorités locales, et exercer en toute liberté ?

Ce qui vient de se passer à Constantine est sans précédent dans les annales de la prise en charge des catégories vulnérables, dont celle des enfants, de surcroît souffrant de pathologies. Ainsi, dans la nuit de vendredi, et agissant sur information, les éléments de la Police judiciaire (PJ) ont pu soustraire une trentaine d’enfants, des autistes et trisomiques, des mains d’une association présumée spécialisée dans ce genre de prise en charge.

L’intervention de la force publique s’est soldée par «la libération de 31 enfants, des deux sexes, âgés entre 6 et 11 ans, évoluant dans un milieu insalubre sur les plans éducatif, sanitaire et sécuritaire», a confirmé le procureur de la République, Abdelfettah Kadri, hier, lors de ce qui devait être une conférence de presse, mais qui s’est limitée à une séance de lecture d’un communiqué.

En réalité, le prétendu centre a élu domicile dans une habitation individuelle, dépourvue d’aménagements adéquats pour pareille mission. Pis encore, l’association ne dispose d’aucun agrément. «C’est un dortoir sans les moindres commodités», a précisé le représentant du parquet. Trois personnes, dont un présumé psychologue, ont été arrêtées et mises en détention préventive. Les investigations se poursuivent, notamment avec six autres personnes, officiant en tant qu’éducateurs.

Selon des recoupements d’informations, cette association, dont les ramifications s’étendent à deux autres wilayas, Sétif et Djelfa, aurait tissé sa toile sur les réseaux sociaux pour étoffer son carnet de clientèle.

Elle présenterait des offres pour l’accueil pédagogique, sanitaire et éducatif d’enfants aux besoins spécifiques. Un moyen de faire miroiter aux parents concernés un suivi adapté à l’état de leur progéniture.

Les demandes a priori ont été nombreuses. Au quartier résidentiel Benchicou, sur les hauteurs de Constantine, où ce centre a vu le jour en novembre dernier, l’insalubrité, qui y régnait, et l’état des petits pensionnaires ont renseigné à plus d’un titre sur la qualité de la prise en charge en question. Certains de ces enfants présentaient des traces de violence physique, dont des brûlures et des blessures.

Si la maltraitance physique était évidente, quand est-il de celle psychologique ? Ils ont été pris en charge médicalement et psychologiquement avant d’être rendus à leurs parents.

Un «service» onéreux

Le service assuré par ce centre «fictif» n’est nullement gratuit. Il est plutôt onéreux, comparativement au suivi dont bénéficiaient ces mineurs, qui s’assimile à une maltraitance. De rares témoignages ont fait état d’une prise en charge avoisinant la bagatelle de 250 000 DA. Selon le procureur de la République, les parents s’acquittaient, périodiquement, de sommes allant de 150 000 à 250 000 DA. Comment des parents ont pu être abusés de la sorte ? s’interroge-t-on.

Loin du procès d’intention, cette affaire, qui a jeté l’émoi dans toute la ville, interpelle l’ensemble des parents, particulièrement ceux ayant un enfant aux besoins spécifiques. Face au délitement des institutions, ce genre de filon peut devenir rapidement en or, tant il profite de la vulnérabilité et du désarroi des parents. L’Etat a failli dans la prise en charge de cette catégorie, laissant les familles se débrouiller seules.

Selon les dernières statistiques, le nombre des autistes en Algérie est situé entre 400 000 et 500 000. Les parents n’ont d’autre alternative que de compter sur eux-mêmes pour trouver une solution.

D’ailleurs qu’il s’agisse de trisomie ou d’autisme, les enfants qui en sont atteints sont écartés, dans leur majorité, des circuits conventionnels de scolarité.

Reste à savoir comment une association dépourvue d’agrément a pu duper de nombreuses personnes, ainsi que les autorités locales, et exercer en toute liberté ? L’affaire n’a pas encore révélé tous ses secrets…


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!