Malgré la démission de deux membres et le rejet de ses préalables par l’armée : Le panel de dialogue maintient sa «mission impossible» | El Watan
toggle menu
vendredi, 20 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan19092019





Malgré la démission de deux membres et le rejet de ses préalables par l’armée : Le panel de dialogue maintient sa «mission impossible»

03 août 2019 à 10 h 00 min

Le panel de dialogue et de la médiation a finalement décidé de poursuivre sa mission, en dépit du rejet de ses préalables par le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah. Alors que les observateurs s’attendaient à un retrait de la commission conduite par l’ancien président de l’APN, Karim Younès, c’est le contraire qui s’est produit. En effet, la commission a annoncé, à l’issue de sa réunion de jeudi dernier, sa décision de poursuivre sa mission…impossible.

Selon un communiqué de cette instance, Karim Younès «a annoncé sa démission au début de cette réunion avant d’être convaincu par les membres du panel de surseoir à cette décision ». « J’ai démissionné par principe. Et j’accepté de reprendre la mission par devoir. Les gens doivent savoir que nous ne sommes pas l’Etat et nous ne représentons pas l’Etat non plus. Tout le monde doit participer à l’effort de trouver une solution à la crise actuelle. L’Algérie va droit dans le mur. Elle est au bord du délitement. La situation est très délicate», explique Karim Younès, précisant que le panel «est composé d’une poignée de volontaires qui essayent d’apporter leur contribution pour trouver une issue à la crise actuelle». Selon lui, la commission a maintenu, dans son communiqué, les «mesures exigées et discutées avec la présidence de la République», en l’occurrence la satisfaction des préalables nécessaires à l’instauration de la confiance pour entamer le dialogue.

Or, ces mesures sont loin d’être appliquées, puisque les pressions sur le mouvement populaires sont toujours plus fortes. Les policiers ont recouru à des interpellations de manifestants sans aucun motif, sauf celui de prendre part aux marches.

Comment mener le dialogue dans ces conditions ? «Nous ne sommes pas seuls à faire ce travail. La classe politique, le mouvement associatif doivent aussi intervenir pour essayer d’apporter leur contribution», rétorque Karim Younès, qui affirme «que beaucoup de personnes veulent intégrer la commission». «Une première liste des nouveaux membres de la commission sera annoncée lors de la prochaine réunion», précise-t-il.

Mais en attendant cette liste, le panel enregistre une deuxième défection. Après l’économiste, Smaïl Lalmas, qui a démissionné mardi dernier, l’universitaire Azzedine Benaissa lui emboite le pas. Juste après la réunion de la commission, ce dernier a rendu public un communiqué sur sa page Facebook annonçant son retrait de la commission. «Tout d’abord, je tiens à adresser mes vifs remerciements à tous ceux qui ont placé leur confiance en moi pour être membre du panel de dialogue et de médiation auquel j’ai participé de bonne foi et répondant ainsi à l’appel du devoir et de la patrie et j’ai émis le vœu d’être partie prenante de la solution. Mais à cause de circonstances multiples, j’annonce au peuple algérien et aux membres du panel ma démission de cet organisme, souhaitant la réussite à tous», précise-t-il.  


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!