Lutte contre la Covid-19 à Sétif : Les cancéreux risquent d’être «contaminés» | El Watan
toggle menu
mardi, 22 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Lutte contre la Covid-19 à Sétif : Les cancéreux risquent d’être «contaminés»

02 juin 2020 à 10 h 09 min

La situation épidémiologique est critique à Sétif, où le nombre des sujets positifs à la Covid-19 grimpe vertigineusement. Durant les dernières 48 heures, on a enregistré 71 nouveaux cas positifs, lesquels s’ajoutent aux 727 personnes contaminées, et 56 décès. 180 cas suspects, dont 130 hospitalisés au CHU de Sétif. De plus en plus important, le rush des patients pose le problème des capacités d’accueil.

La situation épidémiologique est critique à Sétif, où le nombre des sujets positifs à la Covid-19 grimpe vertigineusement. Pour illustration, la wilaya a, durant les dernières 48 heures, enregistré 71 nouveaux cas positifs, lesquels s’ajoutent aux 727 personnes contaminées et 56 décès.

Selon une source médicale, 180 cas suspects, dont 130 hospitalisés au centre hospitalo-universitaire (CHU) de Sétif, attendent sur des charbons ardents les résultats des tests, bloqués par manque de réactifs. De plus en plus important, le rush des patients pose le problème des capacités d’accueil.

Disposant pourtant de plus de 950 lits, le CHU, où l’on a réservé une partie des services de médecine interne, de pneumologie et de chirurgie de la femme à la Covid-19, afficherait complet.

Pour trouver d’autres espaces d’isolement des sujets suspects, le problème de la «saturation» de l’hôpital manquant de tout a été exposé lors de la dernière réunion du wali avec des soignants du CHU.

Au lieu de transférer les personnes asymptomatiques dans des cités universitaires, auberges de jeunes, hôtels et institutions de la formation professionnelle, certaines «personnes» suggèrent le centre anticancer (CAC), attendant depuis belle lurette la mise en service de l’hospitalisation oncologique, bloquée pour des broutilles.

Au grand dam des cancéreux, obligés de composer avec une prise en charge médicale «tronquée». Par la faute de l’administration du CAC et de la direction de la santé de la wilaya n’ayant pas fait le nécessaire, les 120 lits de l’hospitalisation oncologique se trouvent dans un piteux état.

Pour avoir une idée sur la faisabilité d’une opération ne faisant pas l’unanimité, Mohamed Belkateb, le wali de Sétif, et des soignants du CHU se sont déplacés, dimanche, sur les lieux où ils ont découvert le lugubre décor.

Contactés par El Watan, des oncologues se démarquant ne cachent pas leurs inquiétudes : «Les patients cancéreux sont des malades fragiles et vulnérables. Leur prise en charge nécessite des conditions, un cadre de traitement des plus compliqués et un environnement protégé hostile à toute infection ou contamination.

L’hospitalisation de patients asymptomatiques porteurs de virus dans des structures dédiées au traitement des cancéreux constitue un danger réel pour les cancéreux, qui en plus de leur état de santé vulnérable présentent une immunité tellement fragile que le risque létal est omniprésent.

Au lieu de préparer et compléter les manques du CAC pour une prise en charge décente de ces patients très fragiles, on aggrave leur souffrance tant physique que morale par la psychose de la Covid-19.»

Sous le couvert de l’anonymat, des praticiens de l’hôpital n’abondent pas dans le même sens. «Se trouvant dans un état de délabrement avancé, le deuxième étage de l’oncologie médicale, inoccupé, ne présente aucun danger pour les cancéreux ne pouvant accéder à cette partie du bâtiment nécessitant un grand lifting», concluent des soignants qui n’arrivent pas à se mettre sur la même longueur… 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!