Lutte contre la corruption : Zeghmati veut restaurer l’autorité de l’Etat | El Watan
toggle menu
mercredi, 18 septembre, 2019
  • thumbnail of 20190918




  • Pub Alliance Assurance

Lutte contre la corruption : Zeghmati veut restaurer l’autorité de l’Etat

19 août 2019 à 10 h 12 min

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a estimé hier que la justice devait s’atteler à la tâche de «restaurer l’autorité de l’Etat à travers la lutte contre la corruption».

Le ministre, qui s’exprimait en marge de la cérémonie d’installation de la nouvelle présidente du Conseil d’Etat, a reconnu que le phénomène de la corruption avait atteint une ampleur inédite dans le pays et ne s’est pas «limité au détournement des deniers publics» mais s’est largement étendu à celui des biens publics «par des décisions émanant de l’administration». Les institutions de l’Etat ont donc été entraînées dans la vaste opération de rapine organisée qui a dépecé le pays et le patrimoine de la collectivité, avec la bénédiction des autorités politiques. Autant de méfaits que des voix politiques et médiatiques, pour rappel, n’ont cessé de dénoncer et qui ont été vouées à la persécution par le pouvoir.

Les administrations et les services publics «ne sont pas épargnés par ce phénomène qui a terni leur réputation et celle de leurs fonctionnaires», a affirmé M. Zeghmati. Le résultat en a été la profonde crise de confiance que l’on sait entre les institutions et le citoyen, et qui explique par ailleurs la puissance du «Yetnahaw ga3» prôné par les manifestations.

Le ministre de la Justice a mis en évidence, à l’occasion, le rôle de la justice administrative, le Conseil d’Etat en tête, pour lutter contre la corruption. Un rôle «tout aussi important que celui dévolu aux juridictions ordinaires», a-t-il ajouté. «La justice est aujourd’hui à la croisée des chemins. Attendue par tous, pouvoir et peuple, elle doit restaurer l’autorité de l’Etat et consacrer les droits des citoyens», a soutenu le garde des Sceaux, qui s’exprime, faut-il le noter, dans un contexte qui a vu le ghota national des affaires et des dignitaires du régime défiler devant les tribunaux et finir en détention. «La conjoncture difficile que traverse notre pays fait reposer sur le Conseil d’Etat une énorme responsabilité pour contribuer efficacement à la lutte contre ce phénomène et contre les détournements de biens publics par des procédés frauduleux et des décisions illicites qui en résultent», a estimé M. Zeghmati, appelant cette institution à trancher ces dossiers «conformément à la loi et en toute neutralité, objectivité et indépendance» en vue de récupérer les biens détournés. Le ministre a, par ailleurs, exhorté l’administration à saisir la justice pour faire annuler les décisions illicites et ainsi mettre un terme aux situations et statuts illégaux qu’elles ont créés. Tout un programme en somme, qui risque de se heurter à la sacro-sainte question de l’indépendance de la justice tant que les grandes réformes politiques réclamées par les Algériens ne sont pas réalisées.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!