Louisa Hanoune dénonce la dégradation de l’enseignement supérieur : «L’université est assise sur un volcan» | El Watan
toggle menu
vendredi, 28 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Louisa Hanoune dénonce la dégradation de l’enseignement supérieur : «L’université est assise sur un volcan»

27 décembre 2020 à 11 h 00 min

Un constat des plus négatifs a été dressé hier par Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, à l’ouverture des travaux de la réunion de l’organisation des jeunes du parti.

L’université algérienne, jadis le centre de rayonnement scientifique et intellectuel, sombre aujourd’hui dans la médiocrité, l’anarchie et le chaos.

Ce constat des plus négatifs a été dressé hier par Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs à l’ouverture des travaux de la réunion de l’organisation des jeunes du parti. Le système LMD appliqué, selon elle, à la hussarde, a mis à genoux l’université algérienne.

Cette situation, dit-elle, est aggravée par les décisions «catastrophiques» prises ces derniers mois en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et qui ont contribué à la destruction de l’enseignement supérieur. Mme Hanoune dit ne pas prétendre faire le bilan exhaustif de l’université algérienne, mais au regard des informations qui lui parviennent, elle conclut que l’université est assise sur un volcan.

«Le système LMD, qui est une orientation aventurière, a plongé l’université dans l’anarchie, alors que l’enseignement à distance, qui est un échec flagrant reconnu par tous, risque de l’anéantir», avertit la leader du PT.

Pour elle, le marasme profond qui frappe l’enseignement supérieur, l’éducation nationale et la formation est le produit des politiques scélérates. «L’université, regrette Mme Hanoune, a été marginalisée et exclue du débat politique, le diplôme a été dévalorisé et aujourd’hui l’on assiste, dénonce-t-elle, au saccage de l’université à travers l’enseignement à distance.»

La SG du PT s’est interrogée sur les visées du pouvoir et ses arrière-pensées politiques : que cherche le pouvoir ? Veut-il réduire le nombre des étudiants ? Veut-il une université pour uniquement les riches ? L’Etat, tranche Mme Hanoune, veut faire des économies sur le dos de l’enseignement supérieur. «Il s’agit là d’un crime», accuse-t-elle.

Et d’énumérer : «Les étudiants des zones reculées et même ceux des grandes villes n’ont pas accès à internet, le débit est très faible, certains n’ont même pas un micro-ordinateur, le transport fait défaut et beaucoup n’ont pas les moyens de louer les services d’un clandestin».

A propos du transport, aérien ou terrestre, la première dame du PT ne comprend pas la politique du gouvernement : «Pourquoi la compagnie Air France est opérationnelle et pas Air Algérie ? Cette situation est intrigante !»

Pour Mme Hanoune, l’enseignement à distance et la liberté donnée à chaque université, voire à chaque faculté, d’organiser la rentrée universitaire et de définir la nature de l’enseignement, ont pour unique but «la dislocation de l’unité de la République», car estime-t-elle, le système d’enseignement est unique et national, c’est-à-dire une même rentrée, une même méthodologie, les mêmes méthodes d’enseignement, les mêmes programme pour l’école, l’enseignement supérieur et la formation.

Cela constitue, dit-elle le socle de la République, car les 48 wilayas du pays sont unifiées sur la base de l’enseignement. «Par-delà les impacts terribles sur le niveau de l’enseignement et la qualité des diplômes induits par l’enseignement à distance et l’enseignement présentiel et qui peuvent avoir des conséquences meurtrières pour le pays, considérant qu’il s’agit de la formation des cadres de demain, des chercheurs, enseignants, encadreurs, architectes, il s’agit de stopper et d’enrayer l’engrenage qui s’est mis en marche et qui menace le présent et l’avenir du pays», affirme Louisa Hanoune, ajoutant que la solution durable pour l’université doit passer par le départ du système, les étudiant et enseignants dont le nombre avoisine les deux millions ne sauraient s’adapter avec toute politique qui menace l’université.

De l’avis de la patronne du PT, la défense de l’université signifie le refus des étudiants et des enseignants dêtre transformés en «harraga» ou en «chômeurs». Le PT, selon sa dirigeante, est convaincu que les étudiants et les enseignants sauront trouver les voies et moyens pour dresser un rempart devant le saccage de l’université qui est un acquis essentiel de l’indépendance nationale.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!