Référendum sur la constitution : L’UGTA s’implique dans la campagne | El Watan
toggle menu
dimanche, 27 novembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Référendum sur la constitution : L’UGTA s’implique dans la campagne

10 octobre 2020 à 11 h 03 min

Le secrétaire général de l’UGTA, Salim Labatcha, a déjà animé deux meetings dans l’est du pays, l’un mercredi dernier à Annaba, premier jour de la campagne donc, et l’autre à Skikda.

La campagne électorale pour le référendum sur la Constitution prévu le 1er novembre prochain a débuté mercredi dernier. Plusieurs meetings ont déjà été organisés, à travers plusieurs villes du pays et animés par quelques partis politiques, mais aussi des organisations de ce qui est communément appelé la «société civile».

A cet effet, il est utile de signaler que l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) s’est fortement impliquée dans cette campagne, du moins pour ce qui est de ces deux premiers jours, en appelant les travailleurs à voter «oui» pour le projet de la nouvelle Constitution.

Son secrétaire général, Salim Labatcha, a déjà animé deux meetings dans l’est du pays, l’un mercredi dernier à Annaba, premier jour de la campagne donc, et l’autre à Skikda. Depuis cette dernière ville, celui-ci a soutenu, lors d’une rencontre avec des travailleurs, que «le projet d’amendement constitutionnel garantirait plus de droits pour le changement».

Il a appelé, pour l’occasion, les Algériens à «voter massivement pour l’édification de l’Algérie nouvelle». Voulant être plus précis, Labatcha a ajouté que «voter Oui lors du référendum sur le projet d’amendement était le choix qui préservera les acquis du hirak». Bien évidemment, d’autres organisations, comme les Scouts musulmans algériens (SMA), se sont impliquées dans la promotion pour le «oui» au texte proposé.

Plusieurs rencontres de la «société civile» se sont tenues avant même le coup d’envoi de la campagne. L’Autorité indépendante nationale des élections (ANIE) avait même publié un arrêté relatif à l’organisation de la campagne, dans lequel il est indiqué que les organisations, associations, aussi bien nationales que locales, y compris les associations sportives par exemple, peuvent prendre part à la campagne.

Pour revenir à l’UGTA, il est utile de rappeler qu’après son élection en tant que secrétaire général au mois de juin 2019, en remplacement de Abdelmadjid Sidi Saïd, Salim Labatcha avait reconnu qu’il y avait «des dérapages dans le passé et des erreurs».

Celui-ci faisait référence, bien entendu, aux positions passées de la centrale syndicale vis-à-vis des événements politiques, les soutiens répétés exprimé par Sidi Saïd, aux mandats successifs de Bouteflika, mais aussi en direction du patronat.

Lors de l’élection présidentielle du 12 décembre dernier, l’UGTA avait appelé à voter, mais avait refusé de s’exprimer sur les candidats. Aujourd’hui, la centrale syndicale s’implique donc directement en prenant position en faveur de la Constitution, même si celle-ci ne fait pas, a priori, consensus au sein de la société, encore moins au niveau de la classe politique.

Cela pourra-t-il avoir des conséquences pour l’UGTA au niveau interne ? En tout cas, il est clair que les organisations qui étaient utilisées dans le passé pour soutenir les différentes démarches politiques du pouvoir et qui se sont plus ou moins mises en veilleuse lors de la présidentielle de décembre dernier, ont repris du service avec le référendum sur la Constitution.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!