Mouvement de «redressement» au PT : Louisa Hanoune dénonce une tentative de «putsch» | El Watan
toggle menu
samedi, 04 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Mouvement de «redressement» au PT : Louisa Hanoune dénonce une tentative de «putsch»

01 avril 2021 à 11 h 05 min

La SG du du PT a réitéré à nouveau ses arguments qui ont incité son parti à boycotter les prochaines législatives.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a dénoncé, hier à Alger, une tentative de «putsch» contre la direction du parti, alors que d’anciens responsables du parti ont déposé une demande d’autorisation, au niveau de la wilaya d’Alger, pour la tenue, samedi prochain, d’une réunion de «redressement».

«Nous avons eu confirmation, avant-hier, qu’une demande a été faite pour tenir une réunion à l’hôtel Mazafan (Alger). Une personne a fait cette demande au nom d’un mouvement de redressement du PT. Ces personnes n’ont aucun lien organique avec le parti ni la qualité de s’immiscer dans les affaires internes du parti. Il s’agit donc d’une action criminelle», a dénoncé Louisa Hanoune, lors d’une conférence de presse, organisée au siège du parti.

«La personne qui a fait la demande n’a pas le courage de dévoiler son nom. Mais, on connaît son identité. On sait qu’il veut collecter des signatures pour se porter candidat sur une liste indépendante (…) Jusqu’à mardi soir, ils n’ont pas obtenu d’accord pour tenir la réunion», a-t-elle ajouté, sans révéler l’identité de la personne en question.

Elle a rappelé que le ministre de l’Intérieur a octroyé à sa formation politique la décision de conformité des décisions du comité central concernant la composante du comité central actuel. «Leur objectif est de réaliser un putsch contre l’actuelle direction du parti en vue de changer la nature politique du parti, ses positions, pour le transformer de marchepied pour les opportunistes et les arrivistes, en une machine électorale, en rupture avec le programme, les principes et les idéaux du parti.

Ces sinistres individus ont confirmé par leur trahison qu’ils ont abandonné le terrain de la lutte politique pour se mettre au service de forces occultes en 2015, 2016 et en 2019», s’est indignée Louisa Hanoune, relevant que son parti va déposer plainte contre ces «personnes qui prétendent être soutenues par des centres de décision».

Par ailleurs, la conférencière a fustigé la tentative de débauchage des militants et cadres du parti en prévision des législatives du 12 juin prochain. «Le comité central du parti a noté, dès la convocation du corps électoral, que des militants et des responsables du parti sont approchés voire harcelés par des responsables des partis du pouvoir et de deux entités dites de la ‘‘société civile’’, créées récemment par l’administration, avec les fonds publics, en prévision des élections, dans le but de débaucher des militants et des cadres du parti. Ces deux entités ont des moyens d’attirer les jeunes en leur promettant des sièges à l’APN», a-t-elle souligné, allusion faite, entre autres, à Nida El Watan (L’appel de la patrie), un collectif des organisations et associations nationales.

Ces agissements relèvent, d’après elle, «d’une corruption politique organisée». La SG du PT a réitéré à nouveau ses arguments qui ont incité son parti à boycotter les prochaines législatives.

«La position du parti est juste au regard de la conjoncture générale du pays qui est très grave à l’intérieur comme à l’extérieur. Le PT ne saurait être impliqué ou s’impliquer dans toute démarche qui pourrait déstabiliser le pays et ouvrir la voie à l’ingérence étrangère», a argué Louisa Hanoune. Selon elle, ces élections sont mêmes «plus dangereuses que les élections législatives de décembre 1991».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!