Développement d’un vaccin contre la Covid-19 par la Russie : L’OMS et les scientifiques dans le doute | El Watan
toggle menu
lundi, 21 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Développement d’un vaccin contre la Covid-19 par la Russie : L’OMS et les scientifiques dans le doute

13 août 2020 à 10 h 05 min

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réagi prudemment à l’annonce faite par la Russie concernant la mise au point d’un vaccin contre la Covid-19, rappelant que la pré-qualification et l’homologation d’un vaccin passent par des procédures rigoureuses.

«Nous sommes en étroit contact avec les Russes et les discussions se poursuivent. La pré-qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux», a déclaré mardi Tarik Jasarevic, le porte-parole de l’OMS, lors d’une visioconférence de presse.

«La pré-qualification comprend l’examen et l’évaluation de toutes les données de sécurité et d’efficacité requises, recueillies lors d’essais cliniques», a-t-il rappelé, soulignant que le processus serait le même pour tout candidat vaccin.

En sus des validations accordées dans chaque pays par les agences nationales, «l’OMS a mis en place un processus de pré-qualification pour les vaccins mais aussi pour les médicaments. Les fabricants demandent la pré-qualification de l’OMS, car c’est une sorte de gage de qualité», a-t-il insisté.

Jusqu’ici, la Russie n’a pas publié d’étude détaillée des résultats de ses essais permettant d’établir l’efficacité des produits qu’elle dit avoir développés. Pour l’heure, «il est vital d’appliquer des mesures de santé publique qui fonctionnent.

Nous devons continuer à investir dans le développement de vaccins et de traitements qui nous aideront à réduire la transmission à l’avenir», a aussi rappelé le porte-parole de l’OMS, se disant «encouragé par la vitesse à laquelle certains candidats vaccins sont développés». «Nous espérons que certains de ces vaccins se révéleront sûrs et efficaces», a poursuivi Tarik Jasarevic.

Il a déclaré hier, lors d’un point de presse virtuel à Genève : «Nous sommes en contact étroit avec les autorités sanitaires russes et des discussions sont en cours concernant une éventuelle pré-qualification du vaccin par l’OMS

Et d’estimer que l’accélération des progrès dans le développement des vaccins ne pouvait pas se faire au prix d’un compromis sur la sécurité et l’efficacité des vaccins.

A noter que 26 candidats vaccins sont au stade des essais cliniques à travers le monde et 139 au stade de l’évaluation pré-clinique. Parmi les 26, six avaient atteint fin juillet la phase 3 de leur développement. Celui qui est développé par le centre russe Gamaleïa était listé en phase 1.

Rappelons que le président russe, Vladimir Poutine, a annoncé mardi que la Russie avait développé le premier vaccin contre le nouveau coronavirus baptisé «Spoutnik V» (v comme vaccin), assurant qu’il donnait une «immunité durable» et que l’une de ses filles se l’était fait inoculer.

Le ministre de la Santé russe, Mikhaïl Mourachko, a quant à lui précisé que «des essais cliniques sur plusieurs milliers de personnes allaient continuer».

Par ailleurs la presse mondiale rapporte que de nombreux scientifiques doutent de la fiabilité du vaccin russe.

Danny Altmann, professeur d’immunologie à l’Imperial College de Londres, a déclaré à CNBC qu’il n’y a  «aucun moyen de savoir» si le vaccin est sûr, et que le fait que la Russie n’ait publié aucune donnée concernant ses premiers essais cliniques était «très, très inhabituel».

Daniel Salmon, directeur de l’Institut d’études sur les vaccins de l’université Johns Hopkins, a de son côté qualifié la nouvelle de «vraiment effrayante».

Pour rappel, cinq vaccins sont en phase 3 de tests auprès de milliers de personnes et plusieurs développeurs ont été subventionnés pour lancer la fabrication des doses en parallèle des essais afin d’être prêts à livrer des millions de doses en 2021, voire dès octobre et la fin 2020.

L’université Oxford, associée au groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca, espère des résultats dès septembre, tandis que la biotech américaine Moderna, associée aux Instituts américains de santé (NIH), vise la fin de l’année, peut-être novembre.

Pour l’heure, aucun vaccin expérimental n’a prouvé son efficacité contre le nouveau coronavirus dans des essais cliniques aboutis, mais au moins 5,7 milliards de doses ont déjà été pré-achetées dans le monde. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!