L’offre de service du FLN, de TAJ et de l’ANR au président Tebboune | El Watan
toggle menu
mardi, 22 juin, 2021
  • thumbnail of elwatan10062021



Ils ont été pendant longtemps les alliés loyaux de Bouteflika

L’offre de service du FLN, de TAJ et de l’ANR au président Tebboune

14 mars 2021 à 10 h 41 min

Le FLN, TAJ et l’ANR font leur réapparition, à quelques encablures du renouvellement de l’Assemblée populaire nationale (APN) après une traversée du désert.

En prévision des législatives, le 12 juin prochain, et dans le prolongement des concertations avec les dirigeants politiques, entamées il y a quelques semaines, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu les responsables de trois partis politiques, à savoir Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Fatima-Zohra Zerouati, présidente de Tajamoue Amal El Djazair (TAJ), et Abou El Fadhl Baadji, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN). Les trois partis ont assuré le président de la République de leur soutien indéfectible, se félicitant de la tenue de ce prochain rendez-vous électoral.

Le secrétaire général du FLN, Abou El Fadhl Baadji, n’a pas été avare en termes élogieux pour exprimer son soutien et celui de son parti au président de la République. Dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience, il a souligné avoir perçu une «sagesse et une clairvoyance» chez le président Tebboune qui veille, a-t-il dit, sur l’intérêt du peuple algérien et est au fait des moindres détails sur la situation qui prévaut dans le pays. «Le président Tebboune est conscient des attentes et aspirations du peuple algérien à vivre dans une Algérie stable et paisible», a poursuivi le secrétaire général de l’ex-parti unique.

La présidente du parti Tajamoue Amel El Djazair (TAJ), Fatima-Zohra Zerouati, a relevé, de son côté, le «réalisme» dont fait montre le président de la République, qui est «au fait de ce qui se passe à l’intérieur du pays».

Et le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a réaffirmé la disposition de son parti «à accompagner la démarche de réforme initiée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune». Le secrétaire général de l’ANR a invité, dans ce cadre, «les patriotes et les loyaux au sein du hirak populaire à interagir positivement avec la main tendue par le président Tebboune, en œuvrant à faire du hirak, au lieu d’une force de refus dans la rue, une force de participation et de contribution à la prise de décision avec les institutions élues».

La particularité de ces trois partis réside dans le fait que tous trois avaient soutenu avec ardeur le président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Ils font ainsi leur réapparition à quelques encablures du renouvellement de l’Assemblée populaire nationale (APN) après une traversée du désert, en donnant l’impression d’offrir leurs services au chef de l’Etat.

Le FLN a été, pour rappel, le parti sur lequel s’est appuyé l’ancien régime pour asseoir sa légitimité et l’un des éléments-clés au sein de l’APN pour aider à appliquer la politique de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Fatima-Zohra Zerouati, qui a succédé à Amar Ghoul, après la mise en détention de ce dernier, à la tête du parti Taj, est l’une des figures politiques qui a été mise en lumière par l’ancien régime, qui lui avait confié un poste ministériel au sein du gouvernement. Le FLN et le Taj figuraient parmi l’alliance présidentielle.

Quant à Belkacem Sahli, on se rappellera surtout qu’il a été l’un des défenseurs les plus zélés du 5e mandat de Abdelaziz Bouteflika, écumant les plateaux de télévision pour fustiger le hirak et défendre l’ancien Président, avant de se retourner en faveur du défunt chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah.

D’ores et déjà, observateurs et analystes s’interrogent sur la composante prochaine de l’Assemblée populaire nationale, assimilant ces consultations politiques à une volonté du Président de se construire une majorité parlementaire au sein de la Chambre basse qui soutiendrait son programme. Un scénario qui, s’il venait à se réaliser, ressemblerait, à se méprendre, à celui de son prédécesseur, tant le régime donne l’impression de s’appuyer toujours sur sa base composée de partis loyalistes. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!