Livre précurseur de Abdelmadjid Merdaci | El Watan
toggle menu
samedi, 08 août, 2020
  • thumbnail of elwatan08082020




Livre précurseur de Abdelmadjid Merdaci

19 septembre 2018 à 1 h 24 min

Abdelmadjid Merdaci, sociologue et historien, fait œuvre utile. Son dernier livre, GPRA, un mandat historique 19 septembre 1958-3 août 1962 (édition du Champ libre) éclaire sur les différentes phases du gouvernement provisoire : depuis sa création jusqu’à sa perte du pouvoir à la fin de la Guerre de Libération.

Connu pour son franc-parler, l’auteur est catégorique : «Soixante ans après sa proclamation, le GPRA continue d’être le lieu d’un imposant silence d’Etat. Le 19 septembre 1958 n’est pas inscrit au calendrier des fêtes légales et il avait fallu attendre plus d’une décennie pour que la journée du 19 mars 1962 soit établie officiellement comme « jour de la Victoire ». De quoi alors le maintien des Algériens dans l’ignorance du GPRA, de son action, des hommes qui le dirigèrent, peut-il être le nom.»

Pour l’auteur, qui consacre des chapitres aux différentes formations du GPRA (Ferhat Abbas, Benyoucef Benkhedda), son ouvrage est loin d’avoir épuisé la lourde question du GPRA et des différentes représentations qu’on a pu en donner : «Les conditions de la guerre ont été extrêmement dures pour l’ALN — notamment avec les opérations lancées par le général Challe — auxquelles se rajoutait le lancinant problème du manque d’armes, motif récurrent des procès fait à « l’extérieur », d’abord à la délégation extérieure puis au GPRA.»

L’écrivain prolifique, qui s’est toujours attaché à révéler des épisodes oubliés de notre histoire nationale, comme celui de «la défection du groupe de Constantine» (rappelé dans le chapitre consacré à la première direction du FLN), s’étonne de l’absence d’ouvrages ayant consacré des recherches sur le GPRA, dont les pouvoirs successifs ont contesté les décisions. L’auteur invite à «libérer l’histoire des peurs, des mensonges et des occultations». «Revenir sur le GPRA n’est pas non plus faire le procès simpliste de ceux s’y sont opposés, y compris par la force, et le constat des passions communes pour l’Algérie et son destin n’en est que plus amères les déchirures qui obscurcissent nos mémoires», conclut-il dans son livre, qui ne manquera pas, souhaite-t-il, d’attirer l’attention des chercheurs.

La librairie du Tiers-Monde recevra Abdelmadjid Merdaci pour la signature de son ouvrage, samedi 22 septembre 2018 à partir de 14h. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!