L’Intersyndicale de l’éducation sursoit à son action de protestation | El Watan
toggle menu
lundi, 30 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Après l’annonce d’un fonds spécial Covid-19

L’Intersyndicale de l’éducation sursoit à son action de protestation

21 novembre 2020 à 11 h 12 min

L’Intersyndicale du secteur l’éducation nationale a décidé de surseoir aux actions de protestation annoncées pour dénoncer la situation sanitaire «difficile» dans les écoles.

L’annonce en fin de semaine dernière de l’allocation d’un fonds financier «exceptionnel» pour lutter contre la propagation de la Covid a décidé les syndicats autonomes réunis au sein de ce regroupement informel à reporter leur mouvement.

«Il n’est jamais trop tard pour bien faire, pourvu que ce soit du concret et non un effet d’annonce pour absorber la colère des travailleurs. Nous savons que cette opération (de transfert d’argent) est très lourde et nous demandons aux autorités concernées de le faire le plus rapidement possible.

Nos décideurs avaient tout leur temps pour anticiper l’opération, mais ils n’ont rien fait, car gérer c’est prévoir et cela révèle leur échec à gérer la pandémie», constate Boualem Amoura, président du Syndicat national des travailleurs de l`éducation et de la formation (Satef).

Dans son communiqué rendu public, hier, à l’issue de sa réunion de la veille par visioconférence, l’Intersyndicale, composée de six syndicats (Satef, CELA, SNTE, Cnapeste, Snapeste, Unpef) et du Conseil national autonome des directeurs de lycée (Cnadl), a appelé les autorités à «améliorer dans les brefs délais les conditions (dans les écoles) par la mise en place des matériels nécessaires pour permettre la continuité de l’activité pédagogique».

Les syndicats autonomes constatent que la situation «exceptionnelle» que connaît le pays a imposé un protocole sanitaire qui n’est pas «convenablement appliqué», en l’absence de moyens de protection : masques, gel hydroalcoolique, etc.

Plusieurs griefs sont recensés dans la déclaration commune : charge pédagogique excessive, volume horaire harassant pour le personnel, manque d’accessoires de protection et disparité régionale dans la distribution de ces derniers.

«Le secteur de l’éducation supporte seul cette situation intenable, en l’absence de moyens et en raison de l’incapacité du ministère de l’Education à trouver des solutions réalistes à des problèmes qui se poseront (les enseignants bénéficieront-ils de congé exceptionnel en cas de maladie ?

Qui devra les remplacer ?)» s’interrogent les syndicats qui dénoncent l’absence de «concertation» autour des mesures imposées par la tutelle, «ce qui a rendu leur application difficile sur le terrain».

«Des jours difficiles nous attendent»

L’Intersyndicale demande au gouvernement de dégager en urgence une enveloppe financière sous l’intitulé «Lutte contre la pandémie Covid-19», dont une partie sera destinée à l’acquisition rapide de moyens au profit du personnel éducatif et des élèves.

Il exige la mise en place quotidiennement de moyens (masques) dans les établissements scolaires, l’installation d’équipes médicales au niveau des établissements, l’aménagement des programmes scolaires et la suppression de l’enseignement durant la journée de samedi pour les écoles astreintes à la double vacation «pour absence de transport dans les régions enclavées». «Les travailleurs nous attendent sur le terrain.

Nous devons répondre à leurs aspirations le plus tôt possible. Trop d’injustices et de mauvaises conditions de travail pousseront les travailleurs à réagir violemment et nous devons justement anticiper nos actions pour ne pas être dépassés par les événements», souligne Amoura du Satef.

Pour lui, l’année 2021 sera «très difficile» pour tous les travailleurs : érosion du pouvoir d’achat, pandémie qui ne disparaîtra pas de sitôt, inflation et augmentation des prix de tous les produits, manque d’accès aux soins, etc. «Les syndicats doivent s’unir pour défendre les travailleurs.

Ce sont des jours difficiles qui nous attendent et ça dépasse tous les gouvernements. Nous devons nous y préparer et les syndicats autonomes doivent être les ‘‘amortisseurs’’ et des partenaires crédibles pour affronter cette situation dangereuse», conclut-il.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!