Situation épidémiologique alarmante à Sétif : L’insouciance d’une grande partie de la population en est la cause | El Watan
toggle menu
jeudi, 21 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Situation épidémiologique alarmante à Sétif : L’insouciance d’une grande partie de la population en est la cause

24 juin 2021 à 10 h 38 min

La situation épidémiologique n’est guère reluisante dans les quatre coins de la wilaya de Sétif. L’insouciance d’une grande partie de la population faisant comme si de rien n’était en est la cause.

L’augmentation du nombre des personnes contaminées accentue la tension sur les services hospitaliers et les personnels de santé payant cash le relâchement des citoyens. Contacté par El Watan, Abdelkrim Dahane – le Directeur de la santé et de la population (DSP) de Sétif – en appelle au sens de la responsabilité de tout un chacun.

«Le relâchement d’une partie de la population tournant le dos aux mesures barrières, au port du masque et à la distanciation physique est la principale cause de la hausse du nombre des personnes contaminées.

Une telle situation met à rude épreuve les personnels des structures hospitalières, notamment du CHU de Sétif et de l’hôpital de Aïn Oulmane, enregistrant respectivement 57 cas, dont 32 positifs, et 63 personnes, dont 33 détectées par PCR. Même si la situation n’a rien à voir avec les premières vagues, les citoyens doivent en revanche savoir que la lutte contre la Covid-19 n’est pas terminée.

La vigilance doit être de mise. Sans l’implication de tous, les mesures prises par les pouvoirs publics n’obtiendront pas les résultats escomptés», dira notre interlocuteur.

Et d’enchaîner : «Afin de renforcer l’immunité collective et protéger, le cas échéant, les plus vulnérables de la société, la vaccination de masse est la solution idoine. Cette approche fait son chemin à Sétif, où les résultats sont plus que probants. Installé au niveau de la maison de la Culture du chef-lieu, le premier point, on a pu vacciner plus de 700 personnes en dix jours», résume le DSP, appelant ses concitoyens à plus de vigilance.

Tancé par moult problèmes, le professeur Nabil Mosbah, médecin chef du service de réanimation au CHU de Sétif, remet sur la table la récurrente question du déficit en paramédicaux, les autres chevilles ouvrières de son unité. «La situation est critique depuis maintenant deux semaines.

Le déficit en paramédicaux accentue nos difficultés et ne nous permet pas de porter les capacités d’accueil du service à 14 lits en lieu et place de 10. Une meilleure prise en charge médicale de tous les malades hospitalisés, y compris les patients atteints de Covid, nécessite des moyens, humains en premier lieu», fulmine le spécialiste.

Ne cachant pas son scepticisme, Azzedine Chenafa, président de l’Association pour la promotion de la qualité et de la protection du consommateur (APQPC) de Sétif, tire quant à lui la sonnette d’alarme. «Après une fausse éclaircie, les gens baissent la garde sans raison valable.

Ils renouent avec les attroupements, alors que l’invisible danger n’est toujours pas vaincu. Insoucieux, pour ne pas dire inconscients, les gens ne mesurant pas les dangers encourus s’attablent dans les cafés et les restaurants sans tenir compte des mesures barrières. Il ne faut pas se voiler la face, le relâchement n’épargne pas les mosquées et autres lieux publics, où les citoyens ne se soucient guère du péril», maugrée le président de l’APQPC.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!