Ils sont détenus depuis le 11 mars dernier : Liberté provisoire refusée pour Benlarbi et Hamitouche | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 octobre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Ils sont détenus depuis le 11 mars dernier : Liberté provisoire refusée pour Benlarbi et Hamitouche

07 mai 2020 à 10 h 00 min

Samir Belarbi et Slimane Hamitouche resteront en prison. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNCD), la demande de libération provisoire présentée par leurs avocats a été rejetée par la chambre d’accusation de la cour d’Alger.

Les deux militants, qui avaient été placés sous mandat de dépôt le 11 mars dernier, après avoir été arrêtés la veille, sont poursuivis pour «atteinte à l’unité nationale» et «incitation à attroupement non armé». Ils avaient été arrêtés le même jour où le journaliste Khaled Drareni avait été interpellé, mais ce dernier avait été mis sous contrôle judiciaire avant qu’il ne soit placé, pour sa part aussi, en détention provisoire quelques jours plus tard.

Par ailleurs, le procès en appel de Benlarbi, relatif à sa relaxe prononcée par le tribunal de Bir Mourad Raïs, a été renvoyé au 21 juin. Il est à rappeler qu’avant cette arrestation survenue début mars, Benlarbi avait passé près de cinq mois en prison.

Arrêté le 17 septembre 2019 et poursuivi pour «atteinte à l’intégrité territoriale» et «diffusion ou détention de publication portant atteinte à l’intérêt national», il a fini par être relaxé le 3 février dernier, alors que le procureur avait requis une peine d’emprisonnement de trois ans. L’appel du parquet concerne donc cette relaxe.

A noter que lundi dernier, l’avocate Zoubida Assoul a indiqué que Benlarbi, Hamitouche ainsi que Abdelouahab Fersaoui et Brahim Douadji, auxquels elle avait rendu visite, se portaient bien et que «la direction pénitentiaire avait fait un effort pour ce qui est des repas durant ce mois de Ramadhan», tout en y ajoutant que «leur libération serait bien entendu préférable».

A signaler, dans le même sillage, que la chambre d’accusation de la cour de Ruisseau a rejeté la demande de libération provisoire des trois détenus du 1er mars de l’année dernière, à savoir Mohamed Kaci, Larbi Mohamed Raouf et Oussama Aboudi Fatehellah. Par ailleurs, le verdict dans le procès en appel de Saadeddine Youcef Islam et Zohir Houari, les deux détenus qui avaient bousculé un policier qui gazait des manifestants au niveau de la Grande Poste lors du Ramadhan passé, sera prononcé le 13 mai.

Ces deux jeunes avaient été condamnés le 8 mars dernier à une peine d’emprisonnement de 4 ans ferme. Le parquet a fait appel pour réclamer une aggravation de la condamnation. Ils sont des dizaines de détenus du hirak à attendre leurs procès. Plusieurs autres arrestations, 17 selon le CNCD, ont eu lieu depuis la suspension des manifestations pour cause de coronavirus.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!