Liberté d’expression : Le procès de Youcef Boudjedoune reporté | El Watan
toggle menu
mardi, 21 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan21012020

Liberté d’expression : Le procès de Youcef Boudjedoune reporté

14 avril 2019 à 14 h 20 min

Le procès de Youcef Boudjedoune, prévu pour aujourd’hui, a été reporté au 28 avril prochain. Le jeune citoyen de Mila qui devait comparaitra aujourd’hui au tribunal de la même ville est accusé, pour rappel, d’atteinte à l’image du chef de l’Etat et atteinte à l’ordre public.

Ce matin, il y avait une ambiance exceptionnelle devant le tribunal. Des dizaines de citoyens sont venus témoigner leur solidarité avec Boudjedoune. Ils ont même tenu un rassemblement munis de pancartes sur lesquelles on pouvait lire des mots d’ordre pertinents et appropriés, lié à l’indépendance de la justice. Les présents ont aussi scandé des slogans appelant les « magistrats libres à juger au nom du peuple et non au profit de la issaba. (Le clan présidentiel) ». Par ailleurs, ces citoyens n’ont pu accéder à la salle d’audience, l’accès ayant été filtré et réservé seulement aux citoyens munis de convocations. Une mesure, affirme un avocat sur place, qui porte atteinte au principe de la publicité des audiences judiciaires, s’agissant d’une affaire d’opinion.

Pour rappel, M. Boudjedoune, propriétaire d’un Café Internet dans la ville de Mila, a été interpelé il y a environ un mois par la police, qui lui reproche des publications datées du 9, 10 et 11 mars, qualifiées d’attentatoires à la personne du président de la République et appelant à la désobéissance civile. Le concerné, gère en effet trois pages Facebook qui comptent des dizaines de milliers d’abonnés et lui donnent par conséquent une certaine influence sur l’opinion publique connectée. Comme des milliers d’Algériens, il a posté des informations et des commentaires critiques et sarcastiques à l’égard des symboles du pouvoir politique.

Boudjedoune fut arrêté d’abord, puis relâché sous la pression populaire, affirme l’un de ses avocats, Me Lotfi Harrat. Un collectif d’avocats s’est constitué solidairement pour défendre le jeune Youcef, considéré comme un militant du mouvement populaire et accusé à tort pour un délit lié à la liberté d’expression.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!