L’huile d’olive d’Ifigha se distingue à Paris | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

L’huile d’olive d’Ifigha se distingue à Paris

19 mai 2020 à 10 h 00 min

L’huile d’olive d’Ifigha a été récompensée jeudi dernier, à Paris, lors du concours international Les huiles du monde, organisé par l’Agence pour la valorisation des produits agricoles (Avpa).

Le produit GIC Achvali Ath Ghovri, du représentant de la wilaya de Tizi Ouzou, Amazit Fayçal, a obtenu la distinction Gourmet dans la catégorie «Mûr léger». Trois autres oléifacteurs algériens ont été distingués à l’issue de ce concours, qui a mis en compétition quelque 250 huiles d’olive de qualité d’une vingtaine de pays.

Dans la catégorie «Mûr intense», l’huile dénommée Azemmour de Bouira a décroché la médaille d’or, alors que la distinction Gourmet dans la même qualité est revenue à la Sarl Ets Kiared de Boumerdès pour son produit Baghlia.

L’huile présentée par la Sarl Arba olive de la wilaya de Blida s’est adjugée la médaille d’argent dans la catégorie «Mûr léger». En raison de la situation sanitaire induite par la pandémie de coronavirus, la cérémonie de remise des prix a eu lieu en visioconférence sur la chaîne YouTube de l’Avpa.

La concurrence était serrée pour les candidats novices en lice pour cette 18e édition devant des géants du monde de l’huile d’olive, dont l’Espagne et l’Italie, qui ont dominé le concours.

Selon le règlement de cette compétition, le participant doit garantir que les huiles d’olive qu’il présente au concours sont représentatives de sa production, constituées d’huiles d’olive pures sans aucun additif et en conformité avec les règlements sanitaires européens en vigueur. Pour Fayçal Amazit, cette récompense vient confirmer que l’huile d’olive de Kabylie peut rivaliser avec les meilleures au monde.

Contacté par téléphone, le jeune producteur d’Ifigha s’est dit ravi d’avoir décroché la médaille Gourmet. «C’est un honneur et une fierté pour moi, ma famille, ma région et l’Algérie entière. J’ai travaillé dur pour en arriver là. Dans notre famille, ce métier se transmet de père en fils depuis 1947.

On a débuté avec un équipement traditionnel qu’on a renforcé par l’acquisition d’une chaîne d’extraction moderne. La mise en bouteille se fait manuellement», déclare le gérant de l’huilerie Amazit. «Cette année, nous avons eu du mal à écouler notre stock d’huile en raison de l’importance de la production oléicole au niveau de notre wilaya.

Se placer sur le marché international n’est pas chose aisée pour notre coopérative à cause de la forte concurrence qui baisse les prix. Donc pour le moment, nous jouons sur la qualité bio de notre huile extra vierge issue de notre exploitation.

Nous avons toujours opté pour une culture biologique sans pesticides ni engrais», poursuit-il. Un dossier de demande de labellisation pour protéger et promouvoir l’huile d’olive produite localement, sous la dénomination géographique Acvali nath Ghovri, a été déposé en décembre 2018 auprès du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, mais sans réponse à ce jour, nous informe notre interlocuteur.

Encore au stade de projet, cette démarche de labellisation grâce aux indications d’origine concerne de nombreux oléiculteurs et oléifacteurs de 9 communes des daïras de Bouzeguène et Azazga.

Notons que Fayçal Amazit a déjà décroché 2 médailles au Salon international de l’agriculture, de l’élevage et de l’agroéquipement d’Alger et deux autres prix à Tizi Ouzou et Beni Amrane (Boumerdès). Il est également membre du jury national de dégustation des huiles d’olive, dont la mission est l’évaluation sensorielle des huiles d’olive en vue de leur classement.   


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!