Les travailleurs de l’entreprise interpellent le Président de la république : L’Eniem dans une véritable impasse» | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan05052021




Les travailleurs de l’entreprise interpellent le Président de la république : L’Eniem dans une véritable impasse»

04 mai 2021 à 10 h 54 min

L’Entreprise nationale des industries de l’électroménager (Eniem), implantée à Oued Aïssi, à 7 kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, traverse une situation très difficile, selon la section syndicale UGTA de ce complexe industriel, qui a, dans une lettre ouverte adressée au président de la République, fait part des appréhensions des travailleurs de cette entreprise qui emploie plus 1700 salariés.

«Après la promulgation du décret exécutif n° 20-313, fixant les conditions d’accès au régime fiscal préférentiel, l’Eniem s’est retrouvée dans une véritable impasse. Et pour cause, les taux d’intégration fixés pour ouvrir droit à ce régime sont supérieurs à ceux atteints par l’entreprise. A titre d’exemple, le taux d’intégration exigé par le cahier des charges, dans la gamme des produits frais, est de 60% alors que le taux réel atteint par l’entreprise avoisine à peine les 30%», lit-on dans le document de la section syndicale de l’Eniem qui, selon les rédacteurs du même texte, «est confrontée à de sérieuses difficultés financières. Elle est totalement bloquée par des conditions drastiques du cahier des charges contenu dans le décret en question. A défaut de disposer, dans l’immédiat, d’un fonds d’investissement conséquent qui lui permettrait de se mettre au diapason des nouvelles exigences réglementaires en matière d’intégration, l’entreprise sera condamnée à la disparition», ont-ils précisé, tout en estimant que «la valeur ajoutée est dans le développement et le rétablissement de la compétitivité de l’entreprise et non pas dans la réduction des effectifs. Dans l’état actuel des choses, on risque l’arrêt imminent faute de possibilité d’approvisionnement en matière première». Et d’ajouter que l’octroi d’un fonds conséquent et d’une rallonge de temps, qui lui permettrait d’accéder au niveau d’intégration requis, est nécessaire.

Par ailleurs, rappelons que l’Eniem peut retomber, encore une fois, dans une situation d’incertitudes. Celle-ci risque de mener vers un autre arrêt technique d’activité de l’entreprise comme celui décidé, fin décembre dernier, par la direction de ce complexe industriel, et ce, pour cause de contraintes financières et de rupture des stocks des matières premières. Cela a, d’ailleurs, provoqué la colère des travailleurs, qui ont même investi, à maintes reprises, la rue pour réclamer le départ de l’ancien PDG de l’entreprise et son staff. Cette revendication a été satisfaite en installant un nouveau responsable à la tête de l’Eniem. Il s’agit de Mustapha Chaoui qui a remplacé Djillali Mouazer, limogé après un mouvement de protestation mené par les travailleurs. M. Chaoui avait, lors de son installation, déclaré, pour rassurer les salariés, que «des démarches sont entreprises pour le rééchelonnement de la dette de l’entreprise auprès de la Banque extérieure d’Algérie (BEA)». Toutefois, aujourd’hui, les travailleurs de ce complexe industriel lancent un cri de détresse pour sauver leurs emplois. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!