Une réunion tripartite prévue les 16 et 17 août prochain : Les syndicats autonomes seront-ils au rendez-vous ? | El Watan
toggle menu
mardi, 24 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Une réunion tripartite prévue les 16 et 17 août prochain : Les syndicats autonomes seront-ils au rendez-vous ?

16 juillet 2020 à 10 h 06 min

La présidence de la République compte organiser, les 16 et 17 août prochain, une réunion tripartite (gouvernement, patronat et syndicats) de «relance économique». A priori, les syndicats autonomes seront conviés, contrairement à ce qui s’est toujours fait, où seule l’UGTA y assistait.

Cette rencontre des 16 et 17 août, qui regroupera «les membres du gouvernement chargés du développement et de la relance économique, les opérateurs économiques, les banques et institutions financières ainsi que les partenaires sociaux, à travers les organisations syndicales de travailleurs et patronales», aura comme objectif «la consolidation du plan national de relance socioéconomique, l’édification d’une nouvelle économie nationale sous-tendue par la diversification des sources de croissance, l’économie du savoir, la transition énergétique et la gestion rationnelle des richesses nationales».

C’est ce qu’a indiqué un communiqué du Premier ministère rendu public avant-hier. Il faut rappeler que le chef de l’Etat avait déjà instruit le Premier ministre, le 3 mai dernier, lors d’un Conseil des ministres, à l’effet d’entamer les préparatifs pour la tenue de cette tripartite.

En tout cas, les contours de la politique économique, qui va être mise en œuvre, commencent à se faire connaître. Lors de la réunion du Conseil des ministres du dimanche 12 juillet, la dernière en date, qui, comme l’a précisé la Présidence, «revêtait un caractère exceptionnel dans la mesure où devaient être annoncées des mesures de grande importance pour la relance économique du pays», les feuilles de route de plusieurs secteurs, dont celui de l’Energie, ont été présentées.

C’est durant cette réunion, par exemple, que le chef de l’Etat avait donné des instructions pour la rationalisation des dépenses de Sonatrach ou la nécessité de libérer les cahiers des charges avant le 22 juillet des secteurs de la construction automobile, production d’électroménagers et de pièces détachées, importation de véhicules neufs et d’usines usagées, pour ne citer que ces chapitres.

Mais au-delà de l’ordre du jour de ce conclave, c’est l’éventualité de la présence des syndicats autonomes à une «tripartite» qui est une première.

Le Premier ministère a utilisé dans son communiqué la formule d’«organisations syndicales des travailleurs et patronales», au pluriel, ce qui laisse supposer que ce n’est pas seulement la Centrale qui sera présente à cette réunion.

Les syndicats autonomes n’ont cessé de revendiquer une place au sein de la tripartie, qui se tient depuis les années 1990. Mais jusque-là, seule l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) avait le droit d’y assister, alors que les autres organisations syndicales, dont certaines au poids indéniable, en étaient exclues. Ceci, alors que du côté du patronat, presque la totalité des organisations étaient conviées.

Bien évidemment, il faut attendre les prochains jours pour avoir une idée sur la liste des participants. Et rien n’indique que tous les syndicats qui vont être conviés vont répondre par l’affirmatif. «On ne peut pas se prononcer avant de recevoir une invitation d’abord, et d’avoir par la suite une idée précise sur ce qui va être discuté et dans quel objectif», nous dira un responsable syndical.

En effet, les expériences passées ont monté que ce qui se discute au sein de la tripartite ne se traduit forcément pas en programme-action.

Sinon, qu’est-il advenu du pacte national économique et social signé en 2014 et de la charte sur le partenariat public-privé (PPP) de la tripartite de 2017 ? En tout cas, aujourd’hui, avec la chute du prix du baril, il est clair que le pays a besoin de réformes structurelles profondes pour relancer son économie.

Et cela passe nécessairement par l’implication de tous les acteurs, y compris donc les syndicats autonomes. Pour peu, bien évidemment, qu’il y est une volonté réelle de faire de la «tripartite» un rendez-vous important où les avis des uns et des autres seront pris en compte, et non un simple calendrier à respecter…


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!