toggle menu
mardi, 25 septembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018


En prévision de la tenue du dixième congrès du FLN, une délégation de la coordination nationale du mouvement des redresseurs, conduite par Abdelkrim Abada, s’est déplacée, hier, à Constantine, où elle a été reçue par les coordinateurs des wilayas de l’Est, du même mouvement. Le coordinateur national a d’emblée annoncé la nouvelle stratégie du mouvement qui ne doit plus préconiser la rupture.

Les redresseurs se repositionnent en faveur de Saadani

17 août 2014 à 10 h 00 min

«Cela fait plus de quatre années que nous adoptons cette attitude et nous voyons les conséquences d’une telle mesure : marginalisation, exclusion et l’entrisme tous azimuts de charognards au sein de notre parti», a-t-il dit. En effet, au terme d’une rencontre tenue à Alger entre le coordinateur des redresseurs et l’actuel secrétaire général du FLN, Amar Saadani, les deux parties ont convenu d’un travail collégial pour la tenue du congrès, mais surtout pour barrer la route à Abdelaziz Belkhadem et ses «disciples».

Se justifiant de ce conciliabule, l’orateur dira à l’assistance : «L’actuel secrétaire général a manifesté de bonnes intentions pour effectuer une véritable cure et compte travailler avec les authentiques militants que nous sommes pour s’affirmer dans ce congrès qui demeure, de l’avis de tous ses cadres, comme étant la dernière chance. Le cas contraire, c’est le musée ou carrément sa dissolution.»

Diagnostic on ne peut plus clair d’un délitement des valeurs d’un parti qui n’a pas su s’adapter aux réalités du pays et à l’évolution de la société. Les coordinateurs de wilaya ont été unanimes à exprimer leur ras-le-bol de la situation en donnant plusieurs exemples, chacun dans sa wilaya, notamment, ceux de Constantine. Ils ont dénoncé les mouhafadhs actuels dont l’un est poursuivi par la justice. L’un de ces coordinateurs mettra en exergue la main basse faite sur les institutions locales, l’APW et l’APC, en l’occurrence. «Ils détiennent les clés et les sceaux qui leur permettent d’agir à leur guise et ainsi concocter les listes qu’ils veulent», a-t-il souligné. L’inquiétude des coordinateurs est fortement signifiée à Abdelkrim Abada.

Les coordinateurs locaux posent le problème de la représentativité au congrès qui risque d’en pâtir. Ils n’ont pas été tendres ni avec Belkhadem ni avec Saadani. Ainsi, au-delà des personnes, c’est toute la problématique d’une alliance qui pose problème désormais au mouvement. Le coordinateur national, se montrant conscient de l’enjeu qui se profile à l’horizon, répondra nettement : «Je lui accorde le bénéfice du doute (ndlr Amar Saadani) au regard de sa volonté affichée à en découdre avec Belkhadem qui voit en lui un fossoyeur, non seulement du parti mais de la nation toute entière, notamment avec les menaces qui pèsent sur le pays.»

Une réponse qui semble satisfaire les militants qui ne demandent qu’à croire, sans plus, car la réalité est toute autre et la marge de manœuvre reste extrêmement réduite. En hommes avertis, les militants de l’Est, et pour plus de garanties, ont demandé la rédaction d’une déclaration qui fera référence dans les nouvelles positions de la coordination nationale, en attendant la rencontre du Centre, prévue à Médéa et celle de l’Ouest, prévue à Oran.

Notons, que l’ombre du président de la République planait au-dessus des esprits, l’un des participants le tient pour responsable de la déconfiture du FLN : «Il est l’inspirateur de tout ce gâchis et le quatrième mandat a été le coup de grâce.» Contacté par téléphone pour connaître son avis sur ce nouveau positionnement, Salah Goudjil, doyen des militants FLN et membre du comité central, ne cautionne pas cette manœuvre, estimant qu’elle obéit plus à des calculs personnels qu’autre chose.

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!